Une femme politique estonienne veut faire interdire le Coran dans les lieux publics

Sera-t-il bientôt interdit de lire le Coran dans les lieux publics en Estonie ?© Philippe Huguen Source: AFP
Sera-t-il bientôt interdit de lire le Coran dans les lieux publics en Estonie ?

Selon elle, le bannissement du livre sacré musulman serait une bonne chose pour la sécurité de l’Estonie en raison du «côté négatif et criminel» de la religion islamique et de la crise migratoire qui touche l'Europe.

Kristiina Ojuland, ancienne ministre des Affaires étrangères du pays entre 2002 et 2005, a proposé de rendre le Coran illégal, ont rapporté les médias estoniens.

«Aujourd’hui, le côté négatif et criminel de l’islam est tellement fort que nous croyons que cette mesure est nécessaire pour assurer la sécurité de notre pays et de notre nation, particulièrement [celle de] nos femmes et nos enfants», a déclaré Ojuland, qui dirige le Parti de l’unité nationale, à l’agence de presse locale BNS.

La formation politique se dit inquiète du nombre croissant de réfugiés arrivant en Union européenne, et particulièrement en Estonie.

«Nous avons décidé de commencer à rassembler des informations [émanant] de la population sur des cas d’abus et de harcèlement, qui sont passées sous silence dans les médias mainstream», a expliqué un autre membre du Parti de l’unité nationale, Triin Raidmets.

En février, les Soldats d’Odin, un groupe international anti-immigrants a tenu un meeting en Estonie. Ses membres ont annoncé qu’ils comptaient régulièrement patrouiller dans les rues afin de garder un œil sur les réfugiés.

Selon sa page Facebook, le groupe serait composé de plus de 8 600 membres estoniens.

En ouvrant un bureau à Tallinn, les Soldats d’Odin ont annoncé les conditions de recrutement de leurs membres : avoir plus de 18 ans et n’être ni musulman, ni un «guerrier de canapé».

D’après le journal Eesti Paevaleht, plusieurs d’entre eux sont des militaires hauts-gradés et des membres de la Kaitseliit, l’unité de volontaires paramilitaires d’Estonie, qui fait partie intégrante de l’armée nationale.

En mars, sept demandeurs d’asile originaires d’Irak, du Yémen et de Syrie sont arrivés en Estonie dans le cadre du plan européen de répartition, où ils ont obtenu des permis de résidence d’un an. Au total, le pays devrait accueillir 523 réfugiés en 2016. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales