Barack Obama aurait refusé de rencontrer Recep Tayyip Erdogan

Source: Reuters

D’après les révélations du Wall Street Journal, le président turc a essuyé un refus après avoir sollicité une rencontre privée avec le président américain lors du sommet sur la sécurité nucléaire prévu les 31 mars et 1er avril à Washington.

«La décision de ne pas rencontrer Recep Tayyip Erdogan en tête-à-tête lors de sa visite à Washington ne doit pas être considéré comme du mépris. Les présidents se sont déjà rencontrés lors du sommet du G20 en novembre en Turquie et ont parlé par téléphone au mois de février», lit-on dans un article du journal américain qui se base sur les révélations d’une de ses sources dans l’administration américaine.

Lire aussi : Amnesty International : ce qui se passe avec les Kurdes turcs ressemble à une punition collective

Elle a en outre précisé que le président américain n’avait pas d’horaire strictement déterminé pour les rencontres qu’il effectuera lors de ce sommet. La seule rencontre en tête-à-tête d’ores et déjà prévue aura lieu avec le président chinois, Xi Jinping.

Ces derniers jours, le président turc Recep Tayyip Erdogan a aussi invité le président américain à l’inauguration d’une mosquée, dont la construction avait été financée par Ankara, dans l’état du Maryland. Une invitation que Barack Obama a également déclinée, y dépêchant le vice-président américain, Joe Biden. 

Les relations entre les deux pays semblent être plus tendues que dans un passé encore récent. Le 7 février, après l’arrivée de Brett McGurk, l'envoyé spécial du président américain pour la coalition internationale anti-djihadiste dans la ville syrienne de Kobané contrôlée par des Unités de protection du peuple (YPG), Recep Tayyip Erdogan avait appelé les Etats-Unis à choisir entre Ankara et le peuple kurde.

«Comment peut-on vous faire confiance ? Est-ce que je suis votre partenaire ? Les Etats-Unis, combien de fois je vous ai demandé si vous étiez avec nous ou avec les Kurdes ? Je ne comprends pas notre coopération», avait notamment déclaré le président turc.

En 2015, les combattant d’YPG avaient repoussé, au terme d’une bataille féroce de plusieurs mois, l'offensive lancée par Daesh dans la ville de Kobané, située à proximité immédiate de la frontière turque.

Lire aussi : Amnesty International examinera la pétition #JusticePourlesKurdes après les reproches de Moscou

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales