Amnesty International : ce qui se passe avec les Kurdes turcs ressemble à une punition collective

Source: Reuters

Malgré les requêtes d’Amnesty, Ankara ne les permet pas d'entrer sur les territoires kurdes où la vie de centaines de personnes est en danger. A cause des couvre-feux permanents, les gens n'ont qu'un accès restreint aux services les plus essentiels.

Amnesty International a fait des recherches dans les secteurs sous couvre-feu et conclu, en se basant sur ses propres données et sur les informations livrées par les habitants de zones inaccessibles aux observateurs extérieurs, que les civils, dont une majorité «de jeunes enfants, de vieillards et de gens désarmés» sont confrontés à d'extrêmes difficultés.

Une population livrée à elle-même

En effet, les organisations humanitaires ne peuvent pas pénétrer dans certaines zones où les couvre-feux imposent aux habitants de rester confinés dans leur maison, sans pouvoir accéder régulièrement à des vivres ou autres services de première nécessité. Andrew Gardner, l’un des responsables de l’organisation, a même déclaré dans une interview accordée à RT qu’il s’agissait d’«une restriction inacceptable des droits de la population».

Selon de nombreuses informations, les forces de sécurité empêchent les ambulances de pénétrer dans les zones placées sous couvre-feu et dispenser des soins aux malades.

«Il est très difficile de comprendre pourquoi la Turquie ne donne pas une chance aux civils de disposer chaque jour d'un accès à la nourriture. Nous sommes persuadés qu’on doit renoncer à une cette punition collective inacceptable. […] Il est très difficile de comprendre pourquoi les militaires turcs ont interdit à toutes les organisations extérieures de se rendre sur ces territoires. Nous avons soulevé maintes fois devant le gouvernement turc la nécessité de laisser passer une organisation pour observer la situation. Mais rien n’y fait», a-t-il mis en évidence dans son interview à RT.

Des villes kurdes transformées en champs de ruines

Amnesty International précise que les destructions dans les villes et les villages kurdes étaient si importantes qu’il serait presque impossible pour les civils de retourner y vivre.

«On creuse des tranchées, construit des barricades, place des bases militaires dans les maisons. La question est de savoir comment les gens reviendront dans leur maison et comment elles seront reconstruites», a-t-il fait savoir.

Les couvre-feux dans le Sud-Est de la Turquie ont été imposés dans le cadre des opérations de la police, depuis juillet 2015, après l’attaque terroriste dans la ville de Suruc. Le bilan de cette attaque s'était élevé à 33 morts et une centaine de blessés. Le 22 juillet 2015, des centaines de manifestants sont descendus dans les rues pour dénoncer la politique de «complicité» du gouvernement turc envers Daesh. Entretemps, les membres du PKK ont assassiné deux policiers en les accusant de coopérer avec l'Etat islamique. Le gouvernement, à son tour, a décidé de mener des frappes aériennes contre Daesh en Syrie. Mais il frappe surtout le PKK dans les territoires kurdes. Les centaines des femmes, des jeunes enfants et des personnes âgées ont été tuées. 

Le 17 mars, RT a lancé une pétition demandant la tenue d’une enquête internationale indépendante menée par le haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés sur les prétendus massacres de Kurdes par l’armée turque lors de l’opération anti-terroristes menée par Ankara dans le Sud du pays. Lancée avec le hashtag #JusticePourLesKurdes, cette pétition se base sur les images et témoignages filmés par l’équipe de RT lors d’un reportage à Cizre, dans la province de Sirnak, faisant état de répressions violentes à l’égard des populations civiles d’origine kurde.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales