FlyDubaïGate : panique dans le cockpit et dispute des pilotes ?

© Guillermo Granja Source: Reuters

Le crash du vol FlyDubaï FZ981 à Rostov-sur-le-Don en Russie aurait pu être causé par l’impossibilité des pilotes à gérer l’atterrissage délicat, révèleraient les informations contenues par les boîtes noires.

Le décryptage des enregistreurs de données du Boeing qui s’est écrasé à Rostov-sur-le-Don le 19 mars dernier est terminé. Une source anonyme a confié au quotidien russe Kommersant qu’une erreur de pilotage était la cause probable de la catastrophe.
Il apparaîtrait en effet qu’en essayant de regagner de l’altitude après l’échec d’une tentative d’atterrissage en raison de très mauvaises conditions météorologiques, un pilote aurait trop tiré sur le manche à balai, ce qui a provoqué un décrochage et la chute incontrôlée de l’appareil.

Le Comité intergouvernemental de l’aviation qui siège à Moscou estime que les résultats officiels du décodage des boîtes noires seront rendus publics dans une ou deux semaines. L’organisation a confié à RT que les fuites qui ont engendré la publication d’un article dans Kommersant ne provenait pas de lui.

Selon des sources de Kommersant, les analyses des boîtes noires ont révélé que le vol FZ981 avait fait deux tentatives d’atterrissage en mode automatique et que de brusques changements de direction du vent avaient fait échouer la deuxième tentative, le pilote a décidé de faire une troisième approche pour atterrir en mode manuel.
Toujours selon le quotidien russe, l’un des pilotes aurait appuyé sur le bouton de TOGA (décollage/remise des gaz) et éteint le pilote automatique.

Selon des experts anonymes interrogés par Kommersant, le pilote n’a pas réussi à gérer le gouvernail de plongée ni le stabilisateur horizontal qui permettent de diriger l’appareil. En raison d’une mauvaise manipulation de ces instruments, l’avion a perdu de la vitesse, l’entraînant dans une chute incontrôlable, estiment-ils.

A ce moment-là, l’enregistreur des conversations de bord aurait enregistré un conflit entre les deux pilotes : «Attends ! Où voles-tu ? Arrête ! Arrête !», répéterait une voix dans l’enregistreur

Les actions des pilotes auraient donc provoqué la catastrophe. En effectuant des manœuvres contraires, ils auraient rendu Boeing 737 incontrôlable.

Quand ils ont senti que l’avion tombait, l’équipage a coordonné ses actions, mais il était déjà trop tard. Le Boeing 737-800 volait à une vitesse de 325 km/h à un angle d’environ 45 degrés. L’appareil s’est enflammé immédiatement après avoir touché le sol tuant ses 62 occupants.

En savoir plus : Ce qu’il faut savoir sur le crash du Boeing de FlyDubai dans le sud de la Russie

Lors des secondes qui ont précédé l’impact, les deux pilotes criaient avec terreur, écrit Kommersant, qui précise encore qu’on ne sait pas quel pilote faisait quoi. Les enquêteurs ont même pensé un moment qu’on n’entendait qu’un seul homme parler tout le temps. Une expertise sera donc nécessaire identifier les voix des pilotes défunts et l’aide de leurs proches et collègues pourrait être requise.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales