#OpBruxelles : Anonymous menace Daesh après les attentats à Bruxelles

© Capture d'écran YouTube

Le groupe de hackers Anonymous a publié une vidéo menaçant de nouvelles cyber-attaques contre l’organisation islamiste qui a tué des innocents en Belgique et porté atteinte à la liberté.

Dans le clip des hackers «Opération Bruxelles», un homme en masque de Guy Fawkes jure de poursuivre sa guerre contre les membres de Daesh. Il promet notamment de continuer à «pirater leur sites, désactiver leurs comptes Twitter et voler leurs Bitcoins».

«Nous avons réduit au silence des milliers de comptes Twitter directement liés à Daesh. Nous les punissons sévèrement sur le dark web, piraté ses portfolios numériques et volé l’argent des terroristes», a-t-il déclaré. «On va se venger. On va défendre nos droits à la liberté et à la tolérance», l’entend-on parler.

«Nous sommes légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n'oublions pas. Nous sommes libres», dit un autre voix dans la vérsion française.

Le collectif Anonymous a déclaré la guerre à Daesh suite aux attaques du 13 novembre à Paris, en indiquant que «ces attentats ne peuvent pas rester impunis». Les militants ont ensuite diffusé une liste de 5 500 comptes liés à Daesh, suspendus après la publication de la liste. Ils ont également proposé des instructions à tous ceux qui aimeraient se joindre, quelque soit ses compétences informatiques, à leur campagne contre les recruteurs et sympathisants de l’EI.

Deux explosions ont retenti ce mardi 22 mars à l’aéroport de Zaventem, à Bruxelles, dans la salle des départs vers 8 heures (heure locale). Au moins une des explosions a été déclenchée par un terroriste kamikaze. Une troisième déflagration a eu lieu dans la station de métro de Maalbeek, près des quartiers généraux de l’Union européenne. Les attaques ont fait au moins 31 morts et 250 blessés.

Lire aussi : Les villes européennes aux couleurs belges en hommage aux victimes de Bruxelles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales