#TerroristasWelcome : une série d’actions anti-islam a secoué l’Espagne

© Compte Twitter @hogarsocial_mad

Des membres d’un groupe d’extrême droite ont tiré des fusées de signalisation sur la plus grande mosquée de Madrid, alors que dans d’autres villes des activistes ont accroché des affiches anti-réfugiés et anti-islam.

Suite aux attentats de Bruxelles, la plus grande mosquée de la capitale espagnole est devenue la cible du groupe d’extrême droite Hogar Social Madrid, a informé l'agence RIA. Dans la nuit du 22 au 23 mars, ils ont tiré des fusées de signalisation sur le lieu de culte, ce qui a provoqué une épaisse fumée dans le quartier. Les assaillants ont également accroché à côté du bâtiment une affiche sur laquelle était écrit : «Aujourd’hui Bruxelles, demain Madrid ?»

Les photos de l’action ont été publié sur Twitter avec la légende : «Hier Paris, aujourd’hui Bruxelles, demain Madrid» et le hashtag #TerroristasWelcome.
Le même hashtag a été utilisé par d’autres activistes, ayant mené des actions similaires dans d’autres villes de l’Espagne, notamment à Grenade, Salamanque, Valence, Séville et Malaga.

Les autorités de la capitale ont rapidement réagi aux incidents, indiquant qu’il ne fallait pas stigmatiser ainsi la communauté musulmane dans son ensemble. «Nous luttons ensemble contre le terrorisme», a écrit la mairie de Madrid sur son compte Twitter.


L'islamophobie gagne du terrain sur Twitter après les attaques dans la capitale belge. Ainsi, plusieurs internautes dénoncent l’islam dans son ensemble en utilisant le hashtag #StopIslam, qui est devenu depuis hier l'un des plus populaire sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Bruxelles : que s'est-il vraiment passé ?

Deux explosions ont retenti ce mardi 22 mars à l’aéroport de Zaventem, à Bruxelles, dans la salle des départs vers 8 heures (heure locale). Au moins une des explosions a été déclenchée par un terroriste kamikaze. Une troisième déflagration a eu lieu dans la station de métro de Maalbeek, près des quartiers généraux de l’Union européenne. Les attaques ont fait au moins 31 morts et 250 blessés.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales