La police de Riga pourrait licencier un de ses hommes pour un commentaire sur le crash de Rostov

Source: Sputnik

Un policier letton a écrit sur Facebook qu’il «n’y avait rien de grave dans le crash du FZ981 car la majorité des passagers étaient russes». Après une déferlante de vives réactions sur les réseaux sociaux, l’auteur s’est excusé et a bloqué sa page.

La police municipale de Riga doit décider dans les plus brefs délais si l’un de ses policiers, Ianiss Brouchevitsa, peut continuer à servir dans ses rangs en raison du commentaire qu’il a posté sur sa page Facebook après le crash du Boeing 737 de FlyDubaï à Rostov-sur-le-Don dans le sud de la Russie. A la suite de cette catastrophe aérienne qui a fait 62 morts, soit l’intégralité des occupants de l’appareil, il a posté qu’il «n’y avait rien de grave dans le crash de du vol FZ861 car la majorité des passagers étaient russes».

© Capture d'écran du site lsm.lv

«La police présente ses condoléances et s’excuse auprès des familles des victimes pour le comportement de son employé. Pour ma part, je veux remercier toutes celles et ceux qui ont prêté attention à cet incident», a déclaré aux journalistes le maire de Riga, Nil Ouchakov.

Sur la toile et à travers les réseaux sociaux, les réactions ont fusé, certains internautes proposant même de tirer sur ce policier letton. Devant l’ampleur de la controverse, ce dernier s’est excusé en affirmant qu’il s’agissait d’une mauvaise plaisanterie, avant de finalement bloquer sa page.

Le Boeing 737-800 en provenance de Dubaï s’est écrasé le 19 mars à 3h42 sur la piste d’atterrissage de l’aéroport de Rostov-sur-le-Don. Les enquêteurs explorent pour le moment trois pistes : un problème technique, une erreur de l’équipage et les conditions météo difficiles qui régnaient au moment de l’accident. A bord de l’avion il y avait 55 passagers et 7 membres de l’équipage, il n’y a eu aucun survivant. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales