Angela Merkel fera-t-elle les frais des élections partielles qui ont lieu en Allemagne aujourd'hui ?

Source: Reuters

Le 13 mars, Angela Merkel fait face au défi le plus important depuis le début de la crise des réfugiés car plus de 13 millions d’Allemands sont appelés aux urnes. Les résultats du vote monteront si les Allemands lui font encore confiance.

Les électeurs du Bade-Wurtemberg, de Rhénanie-Palatinat et de Saxe-Anhalt, soit un cinquième de la population allemande, vont choisir leur gouvernement régional. D’après les experts, la choix des électeurs prouvera si la politique des portes ouvertes leur plaît ou non.

«Evidemment, nous voyons une certaine connexion entre les récents développements de la politique migratoire du gouvernement d’Angela Merkel et le mécontentement parmi la population qui fait monter la tendance à voter pour les partis d’extrême-droit en Allemagne», a déclaré l’analyste géopolitique Reiner Rothfuss à RT.

Lire aussi : La fuite d'un rapport de police révèle un pic d'augmentation des crimes des migrants en Allemagne

«Nous avons besoins de réponses différentes aux questions politiques, nous avons besoin de changer de politique au Moyen-Orient, nous avons besoin de discussions ouvertes sur les problèmes de l’immigration. Tant que ces questions ne seront pas mises à l’agenda politique par les partis au pourvoir ou par les nouveaux partis, comme l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), nous ne trouverons pas de solution à long terme», a-t-il ajouté.

Tous les sondages indiquent que le nouveau parti d’extrême droite, Alternative pour l’Allemagne (AfD) va faire une entrée en force dans les trois parlements régionaux. En effet, si la cote de popularité du parti de la chancelière  (CDU) s’affaisse, l’AfD gagne des points car elle prone un politique radicalement différente. Fondé il y a trois ans, le parti était contre la zone euro et l’Union européenne (UE), mais il a dorénavant modifié sa stratégie et ses chefs s’expriment contre la politique migratoire européenne.

Lire aussi : Le parti allemand anti-immigration interdit de télévision pendant les élections

Depuis plusieurs mois, le leader de l’AfD, Frauke Petry, répète : «Angela Merkel, vous devez partir !» Elle propose aussi de nouvelles méthodes assez violentes pour lutter contre l'afflux massif de réfugiés. Elle souhaite, par exemple, faire l’usage de la force armée contre les migrants.

«On doit arrêter les migrants qui traversent la frontière de manière illégale. En cas d’urgence, la police doit pouvoir faire usage des armes», a-t-elle déclaré maintes fois.

Et sa stratégie semble être couronnée de succès. Au soir du 12 mars, des centaines de Berlinois sont même descendus dans les rues de la capitale en chantant «Merkel doit partir !».

En savoir plus : la manifestation contre Angela Merkel et sa politique migratoire

La CDU s'attend pour sa part à encaisser le coup. L'un de ses représentants, Hans-Gunther Knaupp, a même déclaré que cette année, son parti risquait de perdre de 8% à 10% des suffrages au bénéfice de l’AfD.

Si l’AFD matérialise les scores que lui prédisent les sondages lors de ces élections régionales, ce parti risque de s’installer durablement dans le jeu politique allemand.

De même, le parti libéral (FDP), qui avait disparu de la scène politique nationale en 2013 en ne recueillant que 5% des suffrages aux élections législatives, pourrait aussi faire un retour sur l'échiquier politique outre-Rhin.



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales