Le Pentagone admet avoir déployé des drones espions militaires dans le ciel américain

Drone militaire sur une base militaire américaine, en Californie Source: Reuters
Drone militaire sur une base militaire américaine, en Californie

Le Pentagone a déployé des drones espions dans le ciel américain pour des «missions non militaires» ces dix dernières années, mais les vols ont étés rares et en accord avec la loi, selon un rapport rendu récemment public.

Le rapport provenant d’un inspecteur général du Pentagone, a été rendu public suite à une requête invoquant le Freedom of Information Act, indique que des missions non militaires de drones espions – une vingtaine – ont eu lieu entre 2006 et 2015, en accord avec loi en vigueur. Le document a été achevé le 20 mars 2015 mais n’a pas été diffusé publiquement avant vendredi dernier.

Ce document, qui ne fournit aucun détail sur les objectifs poursuivis par ces missions, prétend que le Pentagone prend «très au sérieux» le sujet des drones militaires utilisés au-dessus du territoire américain.

L’analyste de l’Union américaine pour les libertés civiles Jay Stanley, souligne que c’est une bonne nouvelle qu’aucune loi n’a été violée, mais la technologie utilisée est si avancée qu’il est possible que ces lois méritent d’être révisées. «Parfois, les nouvelles technologies évoluent si rapidement qu’une loi existante ne correspond plus à ce dont les gens pensent qu’elle devrait servir», a déclaré Stanley à USA Today, avant d’ajouter : «Il est important de se rappeler que le peuple américain estiment qu’il s’agit d’un sujet extrêmement sensible.»

Avec les avancées technologiques des drones, couplées à son utilisation de plus en plus répandue sur les théâtres d’opérations extérieures, le Pentagone a établi en 2006 un guide provisoire de bonne utilisation des aéronefs sans pilote, indiquant quand et dans quelle mesure cette technologie pouvait être utilisée au niveau national. Ces mesures provisoires stipulent que le recours à des drones ne pouvait avoir lieu uniquement en cas de défense de la sécurité nationale et pour assister les autorités civiles.

Le rapport cite une loi militaire qui signale que «l’envie de les utiliser [les drones] au niveau national pour collecter des images aériennes continuent de croitre, tout comme l’intérêt du Congrès et des médias dans leur déploiement».

Les unités militaires qui opèrent les drones ont exprimé à l’inspecteur général leur désir d’avoir plus d’opportunités de les faire voler au-dessus des Etats-Unis, afin d’offrir plus d’expérience à leurs «pilotes au sol».

La liste des vols effectués n’a pas été rendue publique dans le rapport, même si quelques exemples ont été cités, incluant celui d’un maire ayant demandé aux militaires d’utiliser un drone pour détecter les nids-de-poule sur le réseau routier de sa ville. Les autorités ont refusé, «ce type de mission n’aurait rien apporté au point de vue opérationnel».

Aller plus loin : «Roulette russe» : Des civils chargés de choisir les cibles des drones américains

Peu avant que l’inspecteur général ne termine son texte il y a un an, le Pentagone a introduit de nouvelles mesures concernant l’utilisation de drones espions. Pour toute utilisation domestique, une permission du secrétaire d’Etat à la Défense est nécessaire. Sans cette autorisation, aucun appareil «ne peut conduire d’opération de surveillance sur des citoyens américains». Elles empêchent également l’utilisation de drones armés dans le ciel américain pour autre chose que des missions d’entrainement ou des phases de test.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales