Tunisie : deux individus soupçonnés d'être liés aux événements de Ben Guerdane arrêtés

Officiers tunisiens lors du siège de la maison des terroristes à Ben Guerdane, le 8 mars Source: Reuters
Officiers tunisiens lors du siège de la maison des terroristes à Ben Guerdane, le 8 mars

Suite aux événements de Ben Guerdane de ces derniers jours, durant lesquels une cinquantaine de djihadistes ont pris d’assaut plusieurs bâtiments des autorités tunisiennes, deux hommes liés à l’assaut terroriste ont été interpellés.

Les autorités ont appréhendés deux hommes, accusés d’avoir célébré l’attaque terroriste de Ben Guerdane. Ils seraient liés aux djihadistes ayant mené l'attaque.

L’un des individus arrêtés est originaire de Kélibia et travaille au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports tandis que le deuxième est un travailleur journalier originaire de la ville de Hammamet, rapporte Express FM.

Des ordinateurs portables ont été saisis par les forces de sécurité.

Les aveux d’un combattant capturé ce lundi 7 mars lors de l’attaque à Ben Guerdane, ont permis aux autorités d’identifier deux extrémistes religieux en lien avec les auteurs de l’attaque.

Le premier, arrêté à son domicile à Kélibia, à l’aube de ce mercredi 9 mars était déjà connu pour son extrémisme religieux. Le second a été arrêté en pleine rue à Hammamet, et a avoué soutenir les terroristes et ce qu’il a qualifié de «conquête de Ben Guerdane».

Les éléments préliminaires de l’enquête indiquent que les suspects se chargeaient de suivre des responsables de sécurité et d’informer les terroristes sur leurs mouvements. L’enquête est encore en cours et les deux suspects sont maintenus en détention.

D’après des sources de sécurité, un troisième individu aurait été interpellé à la gare routière de Ben Guerdane, alors qu’il tentait de fuir la ville pour se rendre à Nabeul.

Un commando d'islamistes armés a attaqué tôt ce lundi 7 mars, des casernes de la police et de l'armée à Ben Guerdane. Cette ville du sud-est de la Tunisie, proche de la frontière libyenne, avait déjà subi des attaques début mars. Selon le bilan établi par le gouvernement tunisien, l'armée a tué 36 assaillants et 12 soldats et 7 civils ont également trouvé la mort.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales