Daesh projetait de kidnapper le Premier ministre malaisien

Source: Reuters

La police malaisienne a déjoué l’année dernière un complot terroriste contre le gouvernement. Selon les pouvoirs locaux, les djihadistes comptaient enlever trois ministres, dont le Premier ministre Najib Razak, et mener une attaque dans la capitale.

Cette déclaration a été faite le mardi 8 mars par le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur de la Malaisie Ahmad Zahid Hamidi, indique Reuters.

«Le 30 janvier 2015, 13 personnes, liées à Daesh, ont projeté de kidnapper les dirigeants du pays, y compris le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Défense», a-t-il révélé en répondant à une question concernant les actions du gouvernement contre les menaces de Daesh.

Selon lui, les terroristes planifiaient également une attaque à Putrajaya, la capitale administrative du pays : «Dans ce but, le groupe a préparé et testé d’explosifs.»

«Bien que Daesh ne possède pas sa propre cellule dans le pays, ceux-là [les terroristes de Malaisie] étaient influencés par le réseau de Daesh en Syrie d’où ils recevaient leurs ordres», a précisé Ahmad Zahid Hamidi.

La Malaisie fait partie de la coalition islamique conduite par l'Arabie saoudite contre les «terroristes». Depuis mars 2015, la coalition mène une campagne militaire au Yémen, contre les rebelles chiites Houthis. Les djihadistes d'Al-Qaïda et de Daesh profitent du conflit pour renforcer leur présence dans le pays.

Ces six derniers mois, les autorités malaisiennes ont déjoué plusieurs attentats djihadistes sur son territoire. Ainsi, en septembre 2015, la police malaisienne a déjoué un attentat qui devait viser le quartier touristique populaire de Kuala Lumpur, Bukit Bintang.

En décembre 2015, les autorités malaisiennes ont annoncé avoir arrêté cinq personnes, dont un Européen, soupçonnés d’entretenir des liens avec les groupes terroristes Al-Qaïda et Daesh.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales