L'Egypte accuse le Hamas et les Frères Musulmans de l'attentat contre son procureur général

Le ministre égyptien de l'Intérieur© Amr Dalsh Source: Reuters
Le ministre égyptien de l'Intérieur

Le Caire a accusé le 6 mars le mouvement palestinien Hamas d’être impliqué, avec le groupe égyptien des Frères musulmans, dans l'assassinat, en 2015, du procureur général d'Egypte, Hicham Barakat, qui avait fait condamner des milliers d'islamistes.

En évoquant l’attentat lors d’une conférence de presse, le ministre égyptien de l’Intérieur, Magdy Abdel Ghaffar, a déclaré que «ce complot a été exécuté sur l'ordre des Frères musulmans [...] en étroite coordination avec le Hamas qui a joué un rôle très important [...] dans l'assassinat du Procureur général et a supervisé l'opération du début à la fin».

Alors que son convoi traversait la capitale, Hicham Barakat avait été ciblé par une attaque à la bombe en juin 2015. Un obscur groupe dénommé «Résistance populaire de Gizeh» avait revendiqué l’attentat sur sa page Facebook, en diffusant des images qu’il affirmait être celles de l’attaque meurtrière. 

Après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, Hicham Barakat avait été à l’origine de centaines de condamnations à mort à prononcées contre des islamistes déférés devant la justice.

Auteur: RT France

En savoir plus : Le procureur général de l’Egypte visé par un attentat décède des suites de ses blessures

Des officiels égyptiens, tels que des policiers, des militaires, des juges ou des procureurs font régulièrement l'objet d'attaques dans la province du Sinaï, généralement revendiquées par la branche locale de Daesh, Province du Sinaï.

L'insurrection menée par différents groupes djihadistes a été lancée en 2013, suite au renversement du président Mohamed Morsi, issu du courant des Frères musulmans.

Lire aussi : Egypte : six morts dans un nouvel attentat contre la police revendiqué par Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales