Suisse : les électeurs disent non à l'expulsion automatique des criminels étrangers

Suisse : les électeurs disent non à l'expulsion automatique des criminels étrangers Source: AFP

La proposition controversée de l'Union démocratique du centre (UDC) d'expulser automatiquement les criminels étrangers n'a pas reçu l'aval du peuple suisse lors du référendum qui a eu lieu le 28 février pour trancher cette question.

Le non l'emporte finalement avec 59% des suffrages, selon une estimation établie après la fermeture des bureaux de vote à midi (11h00 GMT). Un coup dur pour le premier parti suisse qui était à l'initiative de cette proposition controversée. Cette dernière préconisait le renvoi automatique de tout étranger ayant déjà été condamné au cours des dix dernières années et reconnu coupable d'avoir commis des infractions mineures comme des «lésions corporelles simples ou d'avoir participé à une rixe». De leur côté, le gouvernement et le Parlement avaient estimé que cette proposition du parti populiste s'opposait aux «règles fondamentales» de la démocratie. Accusée par ses détracteurs d'être discriminatoire envers les étrangers résidant dans le pays, elle n'avait été soutenue par aucune autre formation politique.

Celine Amaudruz, députée de l'UDC a été l'une des premières à réagir à ce rejet. «C'est une déception, une déception pour les victimes», a-t-elle dit à la télévision suisse. 

La question migratoire de nouveau au centre du débat politique en Suisse

En 2010, les Suisses avaient dit oui à 52,9%, à une initiative du parti exigeant le renvoi des criminels étrangers. Mais le Parlement avait par la suite ajouté une clause, permettant aux juges d'éviter l'expulsion automatique des condamnés dans certains cas.

Si Céline Amaudrz affirme encore que son parti prenait acte du résultat des urnes, elle a néanmoins avancé que l'UDC allait «s'assurer que cette marge d'appréciation, qui est laissée aux juges, soit appliquée de manière exceptionnelle et non constante».

En 2009, la formation politique vainqueur des dernières élections législatives avait en revanche connu le succès avec l'interdiction de la construction de minarets. Une initiative qui avait recueilli le soutien de 57% des Suisses. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»