L'ONU pourrait interdire certains jeux vidéos érotiques japonais

images du jeux Dead or Alive© google image
images du jeux Dead or Alive

Selon des sites spécialisés, l'ONU et le comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes s'intéressent de près aux jeux vidéos érotiques japonais. Le comité souhaite que ce genre de jeux soient interdits.

Les jeux vidéos sexuels sont populaires au Japon, on en trouve de toutes sortes des plus sages aux plus osés. Or, comme le rappelle le site de jeux vidéos Hitek : «Le Japon fait partie des pays à avoir signé la Convention pour l’élimination de toute les formes de discrimination envers les femmes. A ce titre, il doit donc rendre des comptes à l'ONU». 

C'est pourquoi ce Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes (CEDEF) demande que «les jeux et les dessins animés à caractère sexuel et violent envers la gente féminine soient interdits». Le Japon a répondu qu'il existait d'ores et déjà des organismes en charge de la vérification des contenus et de la mise en service de ce type de jeux qui veillaient à ce que ces jeux dépassent pas le cadre légal existant. Mais le CEDEF ne compte pas se satisfaire de cette réponse.  

Ce comité de l'ONU composé de 23 experts indépendants n'examine pas que le Japon, mais s'intéresse également à d'autres pays : l'Islande, la Mongolie, Haïti, la Suède... Selon Hitek une conférence de presse aura lieu le 7 mars prochain, au Palais des Nations à Genève, suite à ses investigations sur le Japon et d'autres nations.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales