Des milliers de migrants irakiens veulent retourner chez eux parce qu’ils n’aiment pas la Finlande

De nombreux réfugiés, déçus, s'apprêtent à rentrer chez eux© Lehtikuva Lehtikuva Source: Reuters
De nombreux réfugiés, déçus, s'apprêtent à rentrer chez eux

Ne se faisant pas à la vie (et au froid) sur place, de nombreux Irakiens arrivés dans le pays en 2015 ont décidé d’annuler leur procédure de demande d’asile et de rentrer volontairement chez eux.

Environ 4 100 réfugiés auraient pour l’instant annulé leur demande d’asile, selon l’agence de presse Reuters, mais ce chiffre pourrait atteindre 5 000 d’ici les prochains mois. Les nombreux migrants qui entament le trajet inverse évoquent des problèmes familiaux ou encore leur déception quant à la vie dans le pays nordique.

«Mon bébé est malade, je dois rentrer à la maison», déplore ainsi une réfugiée irakienne avant d'acheter son billet d'avion. «Certains disent que les conditions en Finlande et le lent processus d’asile ne correspondent pas à leurs attentes, ni à ce qui leur avait été raconté par les gens qu’ils ont payé pour leur voyage», rapporte Tobias van Treeck, agent de programme à l’Organisation Internationale pour les Migrations.

Hassan, un agent de voyage qui se trouve en première ligne pour observer le phénomène, rajoute : «Certains disent qu’ils n’aiment pas la nourriture ici, qu’il fait trop froid et qu’ils ne se sentent pas les bienvenus en Finlande».

Alors que le continent européen fait face à la plus grave crise migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale, la Finlande a elle vu le nombre de demandes d’asile se multiplier par dix par rapport à l’année passée. En effet, si 3 600 réfugiés avaient fait les démarches en 2014, ils étaient 32 500 en 2015, dont près de deux-tiers provenant d’Irak.

Lire aussi : Finlande: le Premier ministre retire son offre d’hébergement aux réfugiés dans sa maison de vacances

Sur les milliers de migrants retournant à la maison, quelques 80% sont d'ailleurs des Irakiens.

La Finlande se prépare à rejeter les demandes d’asile de quelques 20 000 personnes en 2015, mais le nombre croissant de candidats au retour pourrait faire sensiblement diminuer ce chiffre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales