Afrique : la déferlante de prostituées chinoises provoque la colère des prostituées locales

Source: Reuters

Les «beautés de Shanghaï», ces prostituées qui ont suivi en masse la vague d'immigration des travailleurs chinois en Afrique provoquent la colère des péripatéticiennes locales. Leur exotisme leur assure un tel succès qu'elles n'envisagent pas partir.

Error 404 — RT en français

Error 404






Page non trouvée


L'adresse a été saisie de manière erronée ou la page recherchée a été déplacée, mise à jour ou effacée.

«La migration des travailleuses du sexe chinoises est une grande menace pour les prostituées locales, qui doivent maintenant affronter une concurrence déloyale de Chinoises qui sont vues par les locaux comme les beautés de Shanghai», peut-on lire sur le site de la London School of Economics and Political Science, qui leur a consacré une étude. 

Très prisées localement, les jeunes femmes ne voudraient plus quitter le continent. Slate Afrique rapporte un fait divers qui en témoigne : en 2011, quand 11 prostituées chinoises avaient été interpellées à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, les autorités chinoises avaient voulu les rapatrier au pays. Les 11 femmes avaient refusé, expliquant qu'elles gagnaient mieux leur vie au Congo qu'en Chine. 

Selon Slate Afrique, elles gagneraient 100 dollars par client, la moitié de cet argent allant à leur patron. 

Les travailleuses du sexe ont suivi la vague d'immigration chinoise en Afrique, estimée à un million de travailleurs. 

Selon les chiffres de Basile Ndjio, chercheur à l'université de Douala au Cameroun, il y aurait entre 13 000 et 18 500 travailleuses du sexe chinoises en Afrique subsaharienne. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales