Mise sur la touche des négociations de paix, l'UE est prête à faire des concessions à Israël

Federica Mogherini et Benjamin Netanyahou © POOL Source: Reuters
Federica Mogherini et Benjamin Netanyahou

Des officiels de l’Union Européenne ont affirmé mercredi être en dialogue avec Israël afin de mettre un terme à la crise diplomatique issue de l’étiquetage des produits israéliens en provenance des territoires illégalement occupés par l’Etat juif.

L’UE a annoncé en novembre dernier sa décision de demander aux Etats membres d’étiqueter les produits fabriqués par des entreprises israéliennes en Cisjordanie, Jérusalem-Est, et sur le plateau du Golan afin d’informer les consommateurs. De plus, les ministres des Affaires étrangères de l’Union ont voté une résolution stipulant que les prochains accords conclus entre l’UE et Israël ne s’appliqueraient pas aux territoires sous occupation.

Lire aussi : Face aux attaques israéliennes, Ban Ki-moon maintient ses critiques de l'occupation en Cisjordanie

Ces décisions, surtout concernant l’étiquetage, ont mis en colère les dirigeants israéliens. En novembre, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a ordonné que les agences gouvernementales israéliennes excluent l’Union Européenne, pourtant membre du Quartet du processus de paix, de tout dialogue ou négociation israélo-palestinien.

Selon un article publié par le Haaretz ce mercredi, l’Union Européenne et Israël ont démarré des discussions secrètes afin de résoudre cette crise. Alors que des dirigeants européens ont été cités disant que la mesure d’étiquetage ne serait pas retirée, des sources mentionnent une possibilité de concession européenne accordée à Israël en compensation, sans plus de précision sur sa nature.

Les discussions auraient été proposées lors de la rencontre entre Benjamin Netanyahou et la responsable des Affaires étrangères de l’UE Federica Mogherini au Forum de Davos le mois dernier. Elles auraient alors débutées durant une visite en Israël la semaine dernière d’Helga Schmid, l’une des proches conseillères de Federica Mogherini. Elle avait alors rencontré le directeur de cabinet des Affaires étrangères israélien ainsi que des membres du conseil national de sécurité israélien.

Durant les discussions à Jérusalem, les officiels israéliens ont déclaré à la diplomate européenne «que les décisions prises par le conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union Européenne et la décision de marquer les produits était unilatérale et adoptait le point de vue palestinien», a confié au Haaretz un officiel israélien sous couvert d’anonymat. «Ce n’est pas une façon de mener des discussions respectueuses» a-t-il ajouté.

Lire aussi : Netanyahou dénonce l’initiative française sur l’Etat palestinien en le qualifiant de menace

Un autre officiel a affirmé que l’Union Européenne «est très contrariée par le fait que nous ayons gelé [tous les contacts] liés au processus de paix. Ils comprennent qu’ils doivent nous donner quelque chose tant dans les actes que dans leurs discours».

Depuis ces tensions entre Israël et l’Union Européenne, les représentants européens ont été absents de toutes les discussions concernant la question israélo-palestinienne. Pendant ce temps, l’Etat juif a démarré la destruction des logements financés par l’UE, prétextant le fait qu’ils avaient été construits illégalement dans la zone C de la Cisjordanie occupée.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales