Nouvelle-Zélande : un ministre se fait frapper avec un sex-toy (VIDEO)

Nouvelle-Zélande : un ministre se fait frapper avec un sex-toy (VIDEO)

Grand moment de solitude pour Steven Joyce, ministre du développement économique néo-zélandais. Frappé ce matin au visage avec un sex-toy, il a réagi avec humour, arguant que le privilège de faire de la politique s'accompagne parfois d'expériences.

«Tout va bien. J'ai été un peu surpris mais au fond j'ai trouvé ça plutôt drôle» plaisante le ministre, qui heureusement a le sens de l'humour. 

En pleine interview, une femme lui a jeté un sex-toy au visage lui criant au passage : «Merci de violer notre souveraineté !» Elle faisait référence aux accords de partenariats transpacifiques, signés hier, dans la capitale néo-zélandaise, après dix ans de discussions. Le traité vise à créer une zone de libre-échange entre les régions Asie-Pacifique et l'Amérique. 

Arrêtée par la police, elle s'est ensuite vantée sur sa page Facebook d'avoir été relâchée sans avoir fait l'objet de poursuites. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»