Alors que des tempêtes approchent, 16 000 Syriens sont toujours bloqués à la frontière jordanienne

16 000 Syriens sont bloqués à la frontière avec la Jordanie Source: Reuters
16 000 Syriens sont bloqués à la frontière avec la Jordanie

La Jordanie a largement restreint les entrées de réfugiés syriens sur son sol. Ces derniers seraient actuellement 16 000 à errer dans le désert, en proie aux tempêtes hivernales qui approchent.

Ils sont comme expulsés de partout, bloqués sur une bande de terre et interdits de séjour dans tous les endroits où ils veulent se rendre. Près de 16 000 syriens qui fuient la guerre se trouvent actuellement dans des camps à la frontière avec la Jordanie, alors que le pays refuse toujours d’ouvrir cette dernière.

Dans ces camps, selon le journal britannique The Independent, des familles, dont des centaines de femmes enceintes. D’ores et déjà, 17 bébés seraient nés depuis le mois de décembre dans ces camps de fortune où il n’y ni eau courante ni installations médicales.

Les réfugiés sont retenus derrières des barbelés Source: Reuters
Les réfugiés sont retenus derrières des barbelés

Mais la situation à la frontière jordanienne, si elle inquiétait déjà les ONG qui apportent de l’aide humanitaire sur place, pourrait s’aggraver. Le pays s’attend en effet à de rudes tempêtes hivernales dans les jours à venir.

Et les bâches et couvertures des réfugiés ne suffiront pas, craignent les ONG qui estime que les Syriens parqués dans ces camps sont en danger de mort. «Nous ne serons jamais en mesure d’offrir un soutien suffisant pour les plus vulnérables, qui se trouvent actuellement dans des zones frontalières reculées», estime même Catherine Osborn, une humanitaire norvégienne qui travaille en Jordanie, dans The Independent.

Avec «l'intensification des combats» en Syrie, notamment depuis le début le 30 septembre de l'intervention russe, le nombre de Syriens attendant de passer en Jordanie pour fuir la guerre a bondi, constatent les autorités jordaniennes. Qui ne veulent pas ouvrir leur frontière pour «des considérations sécuritaires».

 Filippo Grandi, le patron du Haut commissariat aux réfugiés s'est rendu sur place Source: Reuters
Filippo Grandi, le patron du Haut commissariat aux réfugiés s'est rendu sur place

Durant les deux premières années du conflit syrien déclenché en 2011, 45 points de passage étaient ouverts sur les 378 km de frontière séparant la Jordanie et la Syrie. Aujourd'hui il n'y en a plus que deux et les réfugiés y passent au compte-goutte dans des no man's land désertiques, loin des infrastructures routières. Seulement entre 50 et 100 réfugiés sont accueillis quotidiennement…

Face aux critiques sur cette situation venues du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) ainsi que l'ONG Human Rights Watch (HRW) qui avaient appelé le royaume à accueillir ces réfugiés, la Jordanie a toutefois autorisé les humanitaires à franchir la frontière. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales