Bahreïn : 250 enfants emprisonnés pour des raisons politiques, dénonce une ONG

Des enfants bahreïnis sur les barrages routiers organisés par les protestataires Source: Reuters
Des enfants bahreïnis sur les barrages routiers organisés par les protestataires

Des dizaines d’enfants ont été condamnés à plusieurs années de prison pour des raisons politiques, affirme le Centre bahreïni pour les droits de l’homme dans un rapport publié cette semaine.

Le Centre a appelé le gouvernement du pays à arrêter les interrogatoires et les arrestations d'enfants accusés de terrorisme, dont le nombre a déjà atteint 250, selon l’ONG. L’organisation a rappelé que de telles actions violent l’article 16 de la Convention internationale des droits de l’enfant, qui protège les mineurs des «atteintes illicites à leur honneur et réputation et de l’ingérence illicite dans leur vie privée».

Mardi, à Manama, un tribunal bahreïni a condamné un adolescent de 17 ans, Ahmad al-Arab, à dix ans de prison pour «participation à un acte terroriste », qui s'ajoutent à une peine déjà prononcée contre lui de 120 ans de réclusion.

Ce verdict n’est que le dernier épisode d'une série de peines rigoureuses infligées à des militants d'opposition antigouvernementale au Bahreïn. Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International, ont dénoncé les arrestations d'opposants et les violations des droits de l’homme dans ce pays.

Lire aussi : des ONG internationales appellent la Bahreïn à libérer le prisonnier politique Abduljalil al-Singace

Des manifestations quasiment quotidiennes secouent le pays depuis 2011, lors desquelles les protestataires demandent le départ de la famille royale Al Khalifa. La coopération du gouvernement avec l’Arabie saoudite suscite également la colère des opposants, qui ont dénoncé, au début de l’année, l’exécution par Riyad de 47 personnes dont l’imam chiite Nimr al-Nimr, pour des faits de terrorisme.

En savoir plus : des gaz lacrymogènes contre des manifestants contestant les exécutions saoudiennes au Bahreïn

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales