Pays-Bas : soutien populaire pour Jitse Akse, arrêté pour avoir combattu Daesh en Syrie

Jitse Akse sur le terrain (Capture d'écran Twitter)
Jitse Akse sur le terrain (Capture d'écran Twitter)

Des milliers de néerlandais ont manifesté le 16 janvier leur soutien à Jitse Akse sur les réseaux sociaux. Soupçonné d'être allé combattre de son propre chef l'Etat islamique en Syrie, il a été arrêté à son retour par la justice hollandaise.

Jitse Akse se serait battu aux côtés des Unités de protection du peuple kurde (YPG), une organisation que l'ONG Amnesty International accuse de provoquer des déplacements forcés de populations et de destructions de maisons.

Après l'annonce de son arrestation par le parquet, une page de soutien créée sur Facebook au soir du 15 janvier et intitulée «Justice pour Jitse» comptait déjà 19 000 mentions «j'aime» deux jours plus tard, certains internautes saluant même son «courage» et le qualifiant de héros.

Capture d'écran de la page Facebook Justice for Jitse
Capture d'écran de la page Facebook Justice for Jitse

Une pétition en ligne a également été signée par plus de 18 000 personnes qui désiraient lui «témoigner leur soutien». Arrêté mercredi à Arnhem ( à l'est des Pays-Bas), Jitse Akse, 47 ans, a comparu le 15 janvier devant un juge qui l'a libéré provisoirement et à la condition qu'il remette son passeport aux autorités, afin d'éviter un nouveau départ vers la Syrie.

«Quand vous voyez ce qu'ils font»

«Quand vous voyez ce qu'ils font... En tuant un combattant de l'EI, je sauve probablement des dizaines de vies», a déclaré Jitse Akse à plusieurs quotidiens néerlandais. Il a également précisé être parti en Syrie début 2015.

Des militaires néerlandais entraînent actuellement des forces kurdes et irakiennes en Irak. Ces derniers, souligne le parquet qui fait une distinction avec l'initiative personnelle de Jitse Akse, agissent à la demande du gouvernement irakien.

Les Pays-Bas participent depuis octobre 2014 aux opérations d'une coalition internationale en Irak, avec quatre chasseurs F-16 spécialisés dans le soutien aux opérations terrestres de l'armée irakienne.

Lire aussi : Daesh perdant du terrain en Syrie et Irak se rabat sur la Libye, sa «nouvelle patrie»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales