La police suédoise ne doit plus donner les origines ethniques des criminels pour éviter le racisme

Police suédoise à Stockholm© reuters Source: Reuters
Police suédoise à Stockholm

Une lettre interne donne pour instruction à la police suédoise de ne plus donner de descriptions physiques des suspects pour éviter toute forme de racisme. Ne doit plus apparaître l'origine ethnique, la nationalité ou la couleur de peau.

C’est le journal local Svenska Dagbadet qui s’est procuré cette lettre interne. Dans cette dernière, il est indiqué de quelle façon les agents doivent désormais décrire et informer les populations des suspects de crimes. Les «crimes» en question vont des accidents légers de la circulation aux délits graves comme des agressions, des coups ou des meurtres. La lettre précise que pour les délits de tous les jours comme les cambriolages, les informations de base telles que l’origine ethnique, la nationalité ou la couleur de peau ne devront pas être communiquées.

Selon le chargé des relations presse de la police de Stockholm Loup Gyllander, les crimes doivent être signalés au public par l’intermédiaire du site web de la police, et ce sans description. «Nous voulons éviter de pointer des groupes ethniques comme criminel», a-t-il expliqué.

D’après les médias locaux, la lettre interne explique que de nombreuses critiques sont faites contre la police et sa façon d’informer qui peut être perçue comme raciste. C’est pourquoi la police suédoise souhaite se défendre de ces accusations infondées et appliquer une façon plus stricte et neutre de communiquer sur les crimes et délits.

Cette lettre est datée du 15 septembre et a été écrite quelques semaines après que le scandale des agressions sexuelles lors d’un festival de musique à Stockholm a fait polémique.

Lire aussi : Danemark : cinq personnes interpellées après avoir tenté de gagner illégalement la Suède

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales