Risque terroriste : l'UE souhaite renforcer le contrôle des armes à feu

Une boutique d'armes à feu propose des pistolets de marque Glock © Rick Wilking Source: Reuters
Une boutique d'armes à feu propose des pistolets de marque Glock

Le lobby des armes autrichien est vent debout contre les plans européens visant à renforcer les restrictions sur les armes à feu qui devraient être approuvées le mois prochain et entrer en vigueur en juillet.

Les attaques terroristes de Paris en janvier et novembre de l’année dernière ont relancé le débat sur la législation portant sur les armes à feu. Des leaders européens ont déclaré en décembre qu’ils «examineraient rapidement» les propositions, avec l’objectif de les approuver lors d’un sommet, les lois sur les armes votées en 2008 étant selon eux inadéquates et laissant le continent «vulnérable aux activités criminelles et aux attaques terroristes».


Si la nouvelle loi est adoptée, alors plus de catégories d’armes semi-automatiques seront sujettes à une interdiction totale. Les pays de l’Union Européenne seront toujours autorisés à fournir des licences pour la chasse, les collections et les musées – bien que les possesseurs d’armes devront passer des tests médicaux tous les cinq ans, une mesure que le lobby des armes autrichien a qualifié de «harcèlement».

Les propositions pourraient avoir des conséquences inattendues pour les collectionneurs d’armes et les clubs de tir – comme le fait de devoir avoir une autorisation ainsi qu’une vérification de leur profil si des collectionneurs souhaitent posséder ne serait-ce que des armes neutralisées.

Il y aura aussi de nouvelles limitations concernant la possibilité d’acheter des pièces détachées d’armes ainsi que des munitions sur internet. Les armes destinées à tirer des balles à blanc seront soumises à régulation pour la première fois car elles peuvent être modifiées pour tirer des balles réelles.

Georg Zakrajzek, président du lobby des armes autrichien IWÖ a affirmé que les propositions étaient excessives, étant donné qu’elles concernent aussi les pistolets à gaz, qui ne présentent pas de danger mortel, et qui seront classés comme des armes de catégorie C. Ces outils de self-défense ressemblent à des pistolets classiques mais ne tirent que des cartouches de gaz lacrymogènes. Georg Zakrajzek a déclaré que de nombreuses femmes en avaient acheté après les agressions sexuelles du nouvel an à Cologne, afin de les rassurer la nuit. Il a affirmé que des milliers de citoyens autrichiens en possédaient et que les nouvelles lois verraient «de nombreux citoyens respectueux des lois criminalisés».

Certains ont avancé que les pistolets à gaz pouvaient être convertis pour tirer des balles réelles, mais l’Association des Armuriers Allemands (VDB) a affirmé que cela n’était pas possible, du moins en ce qui concerne les modèles produits en Autriche et en Allemagne. L’IWO a lancé une pétition contre les propositions visant à restreindre la détention des armes, et a reçu un soutien politique du Parti de la Liberté (droite) et du parti eurosceptique Equipe Stronach. Le VDB allemand a aussi lancé une pétition en ligne.

Lire aussi : Etat d’urgence : un projet de loi pour renforcer les pouvoirs des policiers et des préfets

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales