Zimbabwe : Mugabe veut faire du yuan sa monnaie officielle

Le président Chinois Xi Jinping et son homologue Robert Mugabe (à droite). © Siphiwe Sibeko Source: Reuters
Le président Chinois Xi Jinping et son homologue Robert Mugabe (à droite).

Premier partenaire commercial d'Harare, la Chine envisage de racheter la dette de Mugabe. Une manoeuvre qui lui permettrait d'imposer sa monnaie au Zimbabwe, qui a perdu la sienne en 2009 suite à une inflation record.

«Ils (la Chine) ont dit qu'ils annulaient nos dettes qui arrivaient à échéance cette année et nous sommes en train de finaliser les instruments de dettes et de les recalculer», a déclaré le ministre des Finances Zimbabwéen Patrick Chinamasa, dans un communiqué.

Le ministre a aussi annoncé que le Zimbabwe allait accroître l'offre légale du yuan pour développer ses échanges commerciaux avec Pékin.

La Chine, qui prévoit en effet d'annuler une dette de 40 millions de dollars du Zimbabwe, vise à accroître l'utilisation du yuan dans l'économie Zimbabwéenne.

Le Zimbabwe avait abandonné son propre dollar en 2009 après l'hyper-inflation qui avait atteint le chiffre de 500 milliards de pour cent et l'avait rendu inutilisable.

Harare a alors commencé à utiliser plusieurs devises étrangères comme le dollar américain et le rand sud-africain.

Le pays n'est pourtant pas toujours attractif aux yeux des investisseurs étrangers en raison de ses lois d'indigénisation qui exigent que la majorité des parts des entreprises soient détenues par des Zimbabwéens.

Stratégie africaine

Contrairement à d'autres pays qui boudent le Zimbabwe pour ses violations des droits de l'Homme et lui accordent peu de visites officielles, la Chine est moins regardante et plus pragmatique. 

Cultiver ses relations avec le Zimbabwe fait partie de la politique de conquête économique de la Chine en Afrique, qui cherche toujours plus à s'y implanter, malgré une baisse des investissements chinois en Afrique qui ont chuté de 40% au premier semestre 2015, après une forte baisse de la demande en matières premières chez le géant asiatique. 

Son président, Xi Jinping était le 1er décembre dernier au Zimbabwe pour deux jours, signant pas moins de dix accords et protocoles d'entente dans les domaines de l'énergie, de l'aviation, des télécommunications et de la promotion des investissements chinois pour renforcer l'économie du Zimbabwe.

«Plus de 100 entreprises chinoises ont investi au Zimbabwe», se vantait le ministre des Finances Zimbabwéen début décembre à l'AFP. Une aubaine pour ce pays dont l'économie est en crise profonde depuis le début des années 2000 après que la réforme agraire du président Mugabe ait brisé un secteur-clé de son économie.

Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) 72% de la population vit sous le seuil de pauvreté avec moins de 1,25 dollar par jour.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales