Blatter : la FIFA voulait attribuer le Mondial 2022 aux Etats-Unis, pour éviter les scandales

Sepp Blatter lors d'une conférence à Zurich Source: Reuters
Sepp Blatter lors d'une conférence à Zurich

Dans une conférence de presse à Zurich suite à l’annonce de sa suspension par la justice de la FIFA, Sepp Blatter a estimé qu’attribuer le Mondial aux Etats-Unis aurait permis d’éviter les scandales de corruption qui secouent la FIFA.

«En 2010 (…) nous voulions que la Coupe du monde 2018 ait lieu dans un pays qui ne l’avait jamais accueilli auparavant. En 2022, nous voulions la donner à une autre grande puissance, les Etats-Unis. Si cela avait été fait ainsi, je ne serais pas là aujourd’hui», a raconté le président de la FIFA, suspendu ce matin par la justice interne de l’organisation de toute activité liée au football pour une durée de huit ans. C’est la Russie qui a gagné le droit d’organiser le Mondial 2018, alors que la candidature du Qatar a battu celle des Etats-Unis et des autres concurrents pour l’édition de 2022.

Le responsable a avoué qu’il se sentait «trahi» par la décision de la commission d’éthique, qui «doit juger le comportement éthique mais nie les preuves et essaie de construire quelque chose qui n'est pas vrai», a-t-il déclaré aux journalistes. Il s’est également déclaré «désolé pour le football et pour la FIFA», en ajoutant qu’il a «servi de punchingball» dans cette affaire de corruption en tant que président de l’organisation impliquée.

«Je suis toujours le président de la FIFA», a-t-il cependant déclaré. «Je regrette, mais je n’ai pas honte», a avoué Sepp Blatter, en notant en même temps qu’il n’avait pas non plus de ressentiment envers Michel Platini, qui a été suspendu avec lui, et qu’il considérait être «un homme honnête».

En savoir plus : Nouvelle vague d'arrestations de responsables de la FIFA en Suisse

Blatter a finalement annoncé qu’il entendait faire appel contre sa suspension «devant la commission de recours (de la FIFA), puis devant le Tribunal arbitral du sport et la justice suisse».

Cette décision a rencontré le soutien de l’UEFA, qui s’est dite «extrêmement déçue» par le verdict de la justice de la FIFA qui a également concerné son président Michel Platini. L’organisation a également annoncé qu’elle le soutenait dans son droit «à une procédure équitable», en notant qu’il doit «avoir l'opportunité de laver son nom», d’après un communiqué consulté par l’AFP.

Lundi matin, la justice interne de la FIFA a annoncé un verdict de 8 ans de suspension pour toute activité liée au football pour Sepp Blatter et Michel Platini. Cette décision fait suite à l’affaire du paiement controversé de 1,8 million d’euros entre les deux hommes. Ce versement d’1,8 million d'euros en 2011 consenti par Blatter à Platini, sans contrat écrit mais fait uniquement via «un accord d’homme à homme» selon ses acteurs, pour un travail de conseiller achevé en 2002 est au cœur du dossier.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales