Un raid aérien israélien près de Damas a tué une figure bien connue du Hezbollah

© Capture d'écran, vidéo YouTube : syriaalikhbaria2

Le mouvement chiite Hezbollah a confirmé dans un communiqué la destruction d’un bâtiment dans une banlieue à l’est de la capitale syrienne, par une frappe israélienne. Une figure de cette formation libanaise, Samir Kuntar a péri dans la frappe.

La station de radio locale Sham FM a annoncé que le corps de Samir Kuntar a été récupéré dans les décombres du bâtiment.

Les images prises sur place montrent un immeuble de plusieurs étages complètement effondré. Des véhicules garés non loin semblent être complétement détruits.

Dans la vidéo, on voit les secouristes essayer de localiser des survivants dans les décombres.

Il y a des déclarations contradictoires concernant le cours des événements. Certains disent qu’il y a eu une frappe israélienne sur la zone résidentielle, alors que d’autres décrivent l’incident comme un tir de mortier terroriste.

Plusieurs personnes ont été blessées suite à des tirs lancés par des «groupes terroristes» contre un bâtiment dans la banlieue de Jaramana, a indiqué l’agence Reuters, faisant référence essentiellement à la télévision syrienne.

L’organisation armée Hezbollah n’a pas immédiatement confirmé si son leader Samir Kuntar, qui est un des combattants les plus détestés en Israël, a été tué ou blessé dans la frappe.

Kuntar, qui est aussi militant du Front de Libération de la Palestine, a mené l'attaque de Nahariya de 1979 en Israël, un assaut qui a fait quatre morts parmi les Israéliens. Israël a qualifié cette attaque d’acte terroriste extrêmement cruel.

Lors de l’attaque, Samir Kuntar et d’autres militants libanais ont tué deux policiers et ont ensuite fait irruption dans un appartement, en enlevant Danny Haran, âgé de 31 ans et sa fille de 4 ans. Les deux ont été tués sur une plage voisine. L’accusation israélienne a présenté la mort de ces deux personnes innocentes comme une exécution brutale alors que Kuntar niait catégoriquement le meurtre de l’enfant. Selon des sources alternatives, les otages auraient pu être tués lors d’un échange de tirs avec les Israéliens.

Agé à ce moment-là de 16 ans, Kuntar a été détenu dans une prison israélienne où il a passé 29 ans. En 2008, il a été libéré au cours d’un échange de prisonniers entre Israël et le Hezbollah. Kuntar est plus tard devenu célèbre en tant que chef d'une milice basée à Hader et fidèle au gouvernement syrien.

© Loay Abu Haykel Source: Reuters

Depuis sa libération en 2008, des médias israéliens ont annoncé à plusieurs occasions la mort de Kuntar, y compris lors defrappes israéliennes sur la Syrie. Cependant, l’information n’a jamais été confirmée.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales