Après le ravage de la Syrie, les organisations internationales craignent pour le patrimoine libyen

L'ancienne ville de Cyrène, en Libye, recèle de trésors architecturaux romains et grecs. Les organisations internationales craignent pour son avenir. Source: Reuters
L'ancienne ville de Cyrène, en Libye, recèle de trésors architecturaux romains et grecs. Les organisations internationales craignent pour son avenir.

Lors de ses conquêtes en Syrie ou en Irak, Daesh s'en est systématiquement pris aux trésors archéologiques, détruits ou vendus. Le Conseil international des musées craint que la situation ne se répète en Libye.

Après le désastre syrien, la Libye. C’est en substance ce que craignent les organisations chargées de la défense du patrimoine archéologique. Les combattants de Daesh se sont fait une spécialité de piller, pour les revendre, ou de détruire, les trésors archéologiques des zones qu’ils contrôlent.

La ville antique de Palmyre en a fait les frais, comme le musée de Mossoul. Hier, le Conseil international des musées (Icom) a donc dressé une «liste rouge d’urgence» des biens et objets culturels libyens en péril en raison de l’avancée de Daesh dans le pays.

La liste énumère cinq catégories d'objets comme des sculptures, des éléments architecturaux, des récipients, des accessoires ou des monnaies, et couvre une période allant du Vème millénaire av. J.-C. au XVIème siècle de notre ère. On y trouve, entre autres pièces, un buste funéraire en marbre d’une femme voilée de la période grecque (IVème siècle av. J.-C.), une stèle funéraire en calcaire à inscription latine de la période romaine (première moitié du IIIème siècle ap. J.-C.) ou encore une  cruche en céramique de la période islamique (IXème-Xème siècle ap. J.-C.).

L’organisation, qui travaille en partenariat avec l’Unesco, Interpol ou l’Organisation mondiale des douanes, craint en effet, alors que «le pays est en plein chaos» et que «Daesh est implanté d’est en ouest à Derna, à Syrte et à Sabratha», que les objets culturels soient pillés ou détruits. D’autant plus que «les missions archéologiques françaises et italiennes ont cessé toute activité sur le terrain depuis 2013».

La liste rouge de l’Icom a donc pour but d’identifier les objets d'art en danger protégés par les législations en vigueur et exhorte les musées, maisons de vente, marchands d’art et collectionneurs «à ne pas faire l’acquisition d’objets semblables sans avoir vérifié au préalable, et de façon minutieuse, leur provenance ainsi que la documentation légale correspondante».

L'Icom invite également tous ceux qui soupçonneraient qu’un bien culturel provenant de Libye a été volé, pillé ou exporté illicitement, «à contacter immédiatement les autorités locales».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales