MSF juge «choquant» l'immobilisme de l'ONU face aux violences au Soudan du Sud

Source: Reuters

MSF dénonce l'«échec complet » de la mission des Nations unies censée mettre un terme aux cycles de violence qui frappent le Soudan du Sud depuis près de deux ans.

La mission de maintien de la paix des Nations unies au Soudan du Sud, souvent critiquée pour son immobilisme, est à présent accusée d'avoir échoué à protéger les civils dans l'une des régions les plus dangereuses et instables du pays, ravagé par une guerre qui dure depuis près de deux ans.

A l'instar de plusieurs autres organisations, Médecins sans frontières (MSF) a rappelé que de nombreux civils dans l'Etat de l'Unité, riche en pétrole et hautement stratégique, sont exposés aux assassinats, aux viols ou encore aux enlèvements depuis de nombreux mois. MSF tient clairement la Mission des Nations unies chargée de maintenir la paix au Soudan du Sud (MINUSS) responsable de l'aggravation de la situation.

«Il y a eu un échec complet de la protection émanant de la MINUSS dans le sud de l'Unité», a regretté Pete Buth, directeur adjoint des opérations de MSF Pays-Bas et directeur des activités de MSF dans l’Etat de l'Unité. «Je suis sûr que nous ne voyons que la pointe de l'iceberg», a-t-il ajouté au sujet des violences commises envers les enfants qui, pour beaucoup d'entre-eux, sont enrôlés de force dans divers groupes armés.

Selon l'organisation médicale internationale, dans le sud de l’Etat de l'Unité, de nombreuses personnes, apeurées par les exactions commises, dorment dans des marais ou en bordure des rivières, en ayant des nénuphars pour seule nourriture. Une situation dramatique qui provoque son lot d'accidents comme la noyade d'enfants qui glissent des bras de leurs parents épuisés par les déplacements incessants.

D'autres atrocités, comme le cannibalisme forcé, la violence sexuelle et les attaques contre les civils dans leurs lits d'hôpital ont été recensées à travers le pays depuis le début des combats. En mai dernier, les forces pro-gouvernementales ont tué au moins 129 enfants en l'espace de trois semaines dans l'Etat de l'Unité. Les survivants ont raconté que des garçons avaient été castrés et saignés à mort et que des jeunes filles âgées d'à peine huit ans avaient été violées, d'autres enfants ont été jetés vivants dans des bâtiments en feu. 

Le Soudan du Sud a replongé dans la guerre civile en décembre 2013, quand des combats ont éclaté entre les forces loyales au président Salva Kiir et les troupes pro-Machar au sein de l'armée, minée par des conflits ethniques liés à la rivalité des deux hommes. Malgré la tenue de plusieurs médiations sous l'égide de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), les deux parties impliquées dans le conflit ne sont jamais parvenus à respecter durablement le cessez-le-feu qu'elles avaient pourtant convenu d'appliquer à maintes reprises.

Concentrés essentiellement dans les deux Etats septentrionaux d'Unité et du Haut-Nil, ainsi que dans l’Etat oriental de Jonglei, les combats se sont propagés vers les États méridionaux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales