L'Italie bloque la prolongation des sanctions européennes contre la Russie

Matteo Renzi Source: Reuters
Matteo Renzi

L'Italie a appelé à un «débat politique» vers un allégement des sanctions de l'Union européenne contre la Russie.

Les sanctions de l'Union européenne à l'encontre de la Russie expirent le 31 décembre prochain. Elles devaient être renouvelées automatiquement lors d'une réunion des représentants des 28 pays membres de l'Union européenne ce mercredi mais l'Italie a décidé de repousser la décision de validation.

«Nous avons demandé une discussion sur le sujet», a déclaré la porte-parole de la mission italienne au sein de l'Union européenne, Tiziana d'Angelo. Les représentants des pays membres de l'UE devaient valider la prolongation pour six mois des sanctions imposées à Moscou qui a été décidé dans les coulisses du sommet du G20 qui s'était tenu le mois dernier en Turquie. Ces sanctions avaient été mises en place l'année dernière, au moment de la prise de contrôle de la Crimée par la Russie, par les chefs d'Etat européens, dont l'italien Matteo Renzi.

Lire aussi : Jean-Claude Juncker propose de renforcer les liens économiques entre l'UE et la Russie

Les sanctions doivent expirer à la fin du mois de janvier prochain

Le Luxembourg, qui assure la présidence tournante du Conseil de l'UE, a décidé de repousser la question qui devrait être prochainement discuté lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE lundi prochain ou à l'occasion du sommet des chefs d'Etat européens le 17 et 18 décembre 2015.

Lire aussi : La Commission européenne débloque 500 millions d’euros d’aide d’urgence pour les agriculteurs

Les sanctions européennes à l'encontre de la Russie ciblent les secteurs de l'énergie, de la banque et de la défense. En réponse, Vladimir Poutine avait décidé notamment de la mise en place d'un embargo alimentaire en direction de l'Europe. Elles expirent à la fin du mois de janvier prochain. La réouverture de ces discussions pourraient prolonger le débat entre les pays d'Europe de l'est favorable au durcissement des sanctions et des pays comme Chypre, l'Italie et la Hongrie plus réfractaires en raison des relations plus approfondies que ces pays entretiennent avec la Russie.

Lire aussi : Les Républicains ne veulent plus des sanctions contre la Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales