L'armée israélienne prévoit une escalade des violences qui pourraient durer plusieurs mois

Des soldats israéliens à un checkpoint.© Ronen Zvulun Source: Reuters
Des soldats israéliens à un checkpoint.

Des hauts responsables de l'armée israélienne estiment que la vague actuelle de violences meurtrières en Cisjordanie qui a déjà coûté la vie à près de 100 personnes pourrait se poursuivre dans la durée en s'intensifiant davantage.

Après 10 jours de violences intenses et l'échec du secrétaire d'Etat américain John Kerry pour calmer les tensions, tout porte à croire que cette situation tend à se banaliser. 

Un officier des forces de défence israéliennes (IDF) a déclaré sous couvert d'anonymat aux journalistes israéliens que cette situation allait même s'empirer de jours en jours.

L'homme affirme que les soulèvements de jeunes Palestiniens ne peuvent pas être qualifiés de «limités» et qu'à chaque fois qu'une acalmie semble s'installer, de nouvelles violences repartent de plus belle avec un effet boule de neige. Le responsable estime que les violences pourraient dégénérer en un conflit beaucoup plus large voire généralisé. 

«Nous assistons actuellement à une moyenne de 15 points d'émeutes chaque jour de semaine et 40 le week-end, chacun d'entre eux impliquant des dizaines voire des centaines de manifestants. Ce nombre pourrait très vite passer à 20 000, puis à 200 000», a affirmé l'homme. 

Cette annonce vient après que le ministre de la Défense d'Israël Moshe Ya'alon a dévoilé des plans de construction d'une nouvelle clotûre en Cisjordanie pour empêcher les Palestiniens de pénétrer en Israël.

Par ailleurs, ces remarques de hauts responsables militaires et de l'agence de sécurité intérieure, le Shin Bet, semblent être en contradiction avec la vision du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et ses principaux ministres qui blâment les autorités palestiniennes et notamment Mahmoud Abbas pour cette escalade des tensions ces derniers mois. 

Ainsi, un autre officer de haut-rang a déclaré anonymement que «95% des attaques» au couteau étaient le fait de «loups solitaires», de jeunes gens désespérés, en perdition, sans emploi et sans perspectives d'avenir. 

L'homme affirme par ailleurs que l'armée avait suggéré à de nombreuses reprises la mise en place de mesures pour apaiser les tensions, telles que la délivrance de permis de travail aux Palestiniens, la libération de certains prisonniers et des livraisons d'armes supplémentaires aux forces de sécurité palestiniennes pour mieux contrôler les émeutiers. Toutes ces propositions ont été rejetées par le gouvernement de Netanyahou.  

L'agent a également critiqué une utilisation éxagérée de la force contre les jeunes insurgés palestiniens qui constituent pourtant une menace limitée face à des militaires en armes. Il s'est référé à l'exemple de deux écolières palestiniennes qui ont été abattues après avoir tenté d'attaquer des soldats avec des ciseaux. 

«Lorsque vous avez devant vous une jeune fille tremblante avec des ciseaux dans les mains, il n'y a aucune raison de la cribler de balles. Vous pouvez la neutraliser sans même utiliser votre arme et dans le pire des cas, viser la jambe», a-t-il déclaré.

Plus tôt cette semaine, le quotidien national Yedioth Ahronoth a fait remarquer que les attaques au couteau étaient devenues «une routine, qui pour une raison quelconque, se banalise et devient acceptable», ajoutant que l'armée israélienne n'avait «aucune solution pour les jeunes terroristes qui ne font partie d'aucun groupuscule et qui prennent simplement un couteau et passent à l'acte».

Depuis la mi-Septembre et les incidents de l'esplanade des mosquées, 22 Israéliens ont été tués dans des attaques et 203 ont été blessées. Côté palestinien il y a eu 87 morts.

En savoir plus : A Jérusalem-Est, de nouvelles tensions sur l’esplanade des Mosquées

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales