Yanis Varoufakis : «la crise des migrants est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase»

Yanis Varoufakis : «la crise des migrants est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase» Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

Lors d’une visite en Autriche, l’ancien ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a déclaré que les membres de l’UE ne pouvaient pas se mettre d’accord sur ce qu’il fallait faire avec les migrants car la crise financière les a divisés.

«Les Européens sont des gens divisés par une monnaie unique. La crise de l’euro a fragmenté l’Europe en retournant les Grecs contre les Allemands, les Irlandais contre les Espagnols etc. […] Il est donc difficile à l’UE de fonctionner comme une entité politique, comme une entité unifiée. La force centrifuge de l’Union monétaire est accentuée par le règlement de la crise des réfugiés. D’une certaine façon, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase», a précisé Yanis Varoufakis en ajoutant que pour cette raison, les Européens ne pouvaient pas se mettre d’accord sur un plan de répartition des réfugiés.  

Lire aussi : Manifestation de soutien aux réfugiés à Paris (VIDEO)

Néanmoins, l’ancien ministre grec des Finances a avoué qu’il n’avait pas de réponse à la question de ce qu’il fallait faire avec ces centaines de milliers de réfugiés. «Je n’ai pas de réponse. Le nombre de réfugiés est trop important. Mais si quelqu’un frappe à ma porte à trois heures du matin, effrayé et affamé, en tant qu’homme, c’est mon devoir moral de le laisser entrer, le faire manger et de lui donner à boire. Et seulement après, de poser des questions», a précisé Yanis Varoufakis. 

Yanis Varoufakis : «la crise des migrants est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase»© RT France

Les migrants rejoignent massivement l’Europe depuis 2008, mais ces deux dernières années, leur nombre a été démultiplié. La majorité d’entre eux voudrait vivre en Europe du Nord ou au Royaume-Uni, ce qui pose des problèmes immenses aux pays voisins qui sont forcés de les accueillir pendant qu’ils attendent leur tour. De plus, le fardeau le plus lourd pèse sur deux pays qui ne figurent pas parmi les plus riches de l’Union, l’Italie et la Grèce, dont les côtes sont submergées par des flots de migrants depuis le début de l'année 2015. A titre d’exemple, la petite île grecque de Kos reçoit jusqu'à 300 migrants par jour.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix