Niger : la France se veut inflexible, elle se révèle impuissante

- Avec AFP

Niger : la France se veut inflexible, elle se révèle impuissante Source: AFP
Manifestation le 10 septembre devant la base aérienne française à Niamey (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Le rapport de forces se durcit entre les pays sahéliens et la France qui, enferrée dans une posture de fermeté, cherche en vain une porte de sortie à la crise provoquée par le coup d’Etat militaire du 26 juillet au Niger.

Le 15 septembre, le président français Emmanuel Macron a déclaré que l'ambassadeur de France à Niamey était pris en «otage» par la junte au pouvoir et qu'il ne s'alimentait plus que de «rations militaires».

Paris ne reconnaît pas les nouvelles autorités nigériennes et refuse à ce titre le départ de l’ambassadeur Sylvain Itté exigé par les putschistes qui ont défait le président Mohamed Bazoum, aujourd'hui en détention dans son palais.

Interrogé sur un rapatriement de l’ambassadeur, Emmanuel Macron a réitéré qu'il ferait «ce que nous conviendrons avec le président Bazoum parce que c'est lui l'autorité légitime». Il a expliqué qu'il parlait «chaque jour» au chef de l'Etat nigérien élu démocratiquement en 2021, avec lequel il entretient une relation personnelle très forte, selon plusieurs sources proches de l'exécutif.

L'ambassadeur a pour sa part écrit le 16 septembre à la chaîne de télévision LCI qu'il restait en poste avec son équipe «à la demande du président». «Malgré une situation compliquée, qui se dégrade depuis le 28 août, nous sommes toutefois en sécurité à l’intérieur de l’ambassade», a-t-il assuré, sans apparaître à l'écran.

«L'entêtement irréaliste de Macron avec un discours aggravant l'impression d'un paternalisme a perdu la diplomatie française dans ce dossier», juge Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute de Dakar. Selon lui, «la hantise de voir le départ du Niger marquer un déclic dans toute la région a dû peser sur l'entêtement français. Hélas, la France se trouve désormais dans un cercle vicieux».

Après dix ans d'opérations antidjihadistes, militaires et diplomates français ont déjà été poussés hors du Mali puis du Burkina Faso l'an dernier. Niamey restait jusqu'alors l'ultime allié de Paris dans la région.

Pour Antoine Glaser, co-auteur du livre Le piège africain de Macron, «la façon de s'exprimer, de moins en moins diplomatique, d'Emmanuel Macron révèle un profond agacement, on voit bien qu'il est un peu coincé, la France est piégée maintenant au Sahel».

«Course contre la montre»

Alors que la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest avait menacé un temps d'intervenir militairement au Niger pour rétablir l'ordre institutionnel, «chaque jour qui passe, l'intervention de la Cédéao paraît de moins en moins probable, même si cela ne veut pas dire qu'elle ne se fera pas», analyse Antoine Glaser.

Selon lui, les déclarations d'Emmanuel Macron visent «probablement» à réactiver le soutien de la Cédéao. Mais aussi de l'UE et des Etats-Unis. Or, les alliés occidentaux de la France ont adopté une posture beaucoup moins ferme envers Niamey, en se contentant d'appeler à une résolution diplomatique de la crise. Et Washington a repris ses vols de surveillance au-dessus du Niger. Côté français, au contraire, «aucun vol français n'a eu lieu» depuis le coup d'Etat du 26 juillet, selon le porte-parole de l'état-major français. 

Quant aux 1 500 militaires français déployés au Niger pour y appuyer la lutte antidjihadiste aux côtés des Nigériens, leurs drones, hélicoptères et avions de chasse sont cloués au sol. Selon l'état-major français, le ravitaillement des bases françaises se fait dans «des conditions plus ou moins compliquées», mais «nos militaires sont prêts à tenir en autonomie sur ces camps».

«Les troupes françaises ne peuvent pas tenir indéfiniment», notamment en termes d'entretien du matériel, assure toutefois Michael Shurkin, directeur de programmes chez 14 North Strategies, entreprise américaine de conseils spécialisée sur l'Afrique. Pour lui, «la France est dans une course contre la montre».

Signe de tensions croissantes, le Burkina Faso voisin, ancien partenaire de Paris aujourd'hui gouverné par des militaires après un putsch, a exigé le 15 septembre le départ de l'attaché militaire français encore présent à Ouagadougou, accusé d’activités «subversives». Une expulsion «destinée à montrer le soutien du Burkina à la junte nigérienne», estime Michael Shurkin.

En fin de semaine, Paris a également dû désamorcer une polémique née d'une directive administrative demandant de cesser toute collaboration culturelle et scientifique avec le Niger, le Burkina Faso et le Mali, où ses services consulaires sont fermés. Soucieux d'apaiser la vindicte déclenchée sur les réseaux sociaux, le gouvernement français a assuré que le pays allait continuer à accueillir des artistes sahéliens.

Ce bras de fer se déroule sur fond de dégradation de la situation sécuritaire dans la région. Au Niger, une dizaine d'attaques djihadistes ont fait plus d'une centaine de morts, dont une moitié de civils, depuis le 26 juillet.

 

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix