Une réfugiée prise en charge au Pays-Bas : «Il n'y a pas de télévision, je veux rentrer en Syrie»

Une jeune réfugiée syrienne devant son centre d'accueil aux Pays-Bas© Capture d'écran vidéo Youtube
Une jeune réfugiée syrienne devant son centre d'accueil aux Pays-Bas

Une jeune syrienne fait le buzz sur internet, après avoir accordé des entretiens à des médias néerlandais, se plaignant des conditions d'accueil des centres dédiés aux réfugiés aux Pays-Bas, menaçant de rentrer dans son pays.

Expliquant à l’équipe de télévision pourquoi le groupe de quinze personnes est sorti de leur logement, où le gîte et le couvert leur sont offerts par l'Etat hollandais, la femme déclare : «Ce n’est pas une vie lorsque vous rentrez dans une chambre et qu’il n’y a pas de télévision. Il y a juste un lit, pas de casier, pas de vie privée».

Lire aussi : Des terroristes parmi les réfugiés ? Les autorités allemandes cherchent à éviter la panique

Expliquant l'objet de leur protestation, elle dit aux journalistes : «Nous allons rester dehors car nous ne voulons pas manger cette nourriture, et nous ne voulons pas rester dans cette chambre. Nous fuyons notre pays à cause de la situation, et maintenant nous vivons dans une prison. Peut-être que nous devrions rentrer dans notre pays».


Lire aussi : Les migrants auront-ils raison de la rigueur budgétaire bruxelloise ?

Dans un autre entretien donné à la télévision néerlandaise DenHaag TV le lendemain, la même jeune femme continue de se plaindre des conditions d’accueil en disant aux journalistes «Je veux rentrer dans mon pays». La journaliste, qui semble choquée, lui demande : «Vous êtes sérieuse ? Car il y a une guerre, pas vrai ?», mais la réfugiée reprend :

«Ici, ce n’est pas une vie. Là-bas, nous savons qu’il y a une guerre, mais ici il n’y a pas de vie. Vous êtes assis en prison. C’est la même situation, sauf qu’en Syrie vous pouvez vraiment vivre. Ils nous donnent 12 euros [par semaine], qu'allez-vous faire avec ça ?».

La jeune syrienne conclut : «Nous sommes venus ici pour travailler, pas juste pour prendre l'argent de votre gouvernement et ne rien faire».

Lire aussi : Crise des migrants, «les pouvoirs publics européens jouent avec le feu»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales