L'Equateur rend un dernier hommage au candidat Fernando Villavicencio, assassiné par balles

- Avec AFP

L'Equateur rend un dernier hommage au candidat Fernando Villavicencio, assassiné par balles Source: AFP
Suivez RT en français surTelegram

Des centaines de personnes ont rendu hommage le 11 août à Quito à Fernando Villavicencio, un des favoris de la présidentielle en Equateur, tué par balles à la fin d'un meeting électoral.

Tard dans la soirée du 11 août, le corps de Fernando Villavicencio a été inhumé au cimetière de Monteolivo, au nord de la capitale équatorienne, lors d'une cérémonie privée à laquelle peu de personnes ont assisté. Auparavant, le cercueil de l'ex-journaliste avait reposé dans un palais des congrès, situé dans le nord de Quito.

Sur les murs étaient accrochées d'immenses banderoles à l'effigie de ce centriste de 59 ans, abattu le 9 août par un commando de tueurs colombiens appartenant au crime organisé, selon les autorités.

«Mon pouvoir est dans la Constitution», pouvait-on lire sur une écharpe présidentielle symbolique, posée sur le cercueil recouvert du drapeau de l'Equateur. Un écran géant diffusait des vidéos du candidat, qui figurait en deuxième position des intentions de vote au premier tour de la présidentielle le 20 août.

Six Colombiens ont été arrêtés après cet assassinat. Un septième assaillant, également colombien, avait été abattu par les forces de sécurité.

L'Equateur rend un dernier hommage au candidat Fernando Villavicencio, assassiné par balles Source: AFP
Policiers portant le cercueil de Fernando Villavicencio à Quito.

«Avant-hier, ils ont criblé la démocratie de balles, avant-hier, ils ont mutilé une partie de la lutte contre la corruption», a déclaré Antonio Lopez, son directeur de campagne, lors de la cérémonie d'hommage. Farouche pourfendeur de la corruption, Fernando Villavicencio, ancien député, briguait pour la première fois la présidence du pays.

«Je me battrai jusqu'à ce que j'identifie [les coupables] et je ne laisserai pas cela impuni», a assuré son ami Christian Zurita, un journaliste avec lequel il avait mené une enquête qui a conduit l'ex-président de gauche Rafael Correa (2007-2017) sur le banc des accusés. Réfugié en Belgique, ce dernier avait été condamné par contumace à huit ans de prison pour corruption.

Trois jours de deuil national

Villavicencio était en deuxième position en intentions de vote au premier tour (13,2%), derrière l'avocate Luisa Gonzalez (26,6%), proche de Rafael Correa. Il a été député au sein de l'Assemblée nationale dissoute en mai par le président Guillermo Lasso pour mettre fin à une grave crise politique. 

Après cet assassinat qui a choqué le pays, Guillermo Lasso a instauré l'état d'urgence pour une durée de 60 jours afin de garantir la tenue du scrutin. Le premier tour, le 20 août, a été maintenu. Le président a également décrété trois jours de deuil national et a accusé le «crime organisé» d'être à l'origine de cet assassinat.

Les candidats à la présidentielle Yaku Perez, Xavier Hervas, Otto Sonnenholzner et Bolivar Armijos ont signé un «accord pour la sécurité et la paix», dans lequel ils demandent «des mesures urgentes» afin de garantir le bon déroulement du processus électoral. Ils ont également demandé que l'enquête sur l'assassinat soit menée de manière «rapide, transparente et rigoureuse».

La semaine dernière, Fernando Villavicencio, qui était sous protection policière, avait fait état par deux fois de menaces contre lui et son équipe. Ces dernières années, l'Equateur a été confronté à une vague de violence liée au trafic de drogue qui, en plein processus électoral, a déjà entraîné la mort d'un maire et d'un candidat au Parlement.

Le pays, situé entre le Pérou et la Colombie – plus grands producteurs de cocaïne au monde – était autrefois un havre de paix. En 2022, l'Equateur a enregistré un taux de 26 homicides pour 100 000 habitants, un record pour ce pays de 18,3 millions d'habitants.

 

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix