«Cancel culture» : les conservateurs américains tancent les «gauchistes» à leur grand raout annuel

- Avec AFP

«Cancel culture» : les conservateurs américains tancent les «gauchistes» à leur grand raout annuel© Jose Luis Magana Source: AP
Un stand de produits appelant à soutenir la candidature de Donald Trump en 2024 lors de la réunion des conservateurs américains, le 2 mars 2023 (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Réunis près de Washington, les Républicains ont blâmé la «cancel culture» portée selon eux par la gauche américaine, avec en toile de fond la course entre les prétendants à la prochaine présidentielle, dont Donald Trump.

Les conservateurs américains ont décoché le 2 mars une volée de flèches visant la gauche progressiste lors de leur grand-messe près de la capitale américaine, avec l’élection présidentielle de 2024 en ligne de mire.

«Ces gauchistes, ces marxistes qui ont imposé leur pouvoir sur le peuple américain [...], ils doivent être mis en garde», a entre autres déclaré l'élu républicain de Pennsylvanie Scott Perry devant les milliers de militants réunis au CPAC (Conservative Political Action Conference) en banlieue de Washington. «Ils doivent trembler de peur, ils doivent être inquiets, ils doivent perdre du poids, avoir la faim coupée parce qu'ils ont peur de finir en prison», a-t-il lancé devant le public. 

L'influent élu républicain Jim Jordan a quant à lui déploré dès les premières minutes de son allocution «la culture de l'effacement» («cancel culture» en anglais), mettant en garde les militants conservateurs contre les attaques venues de la gauche dès lors qu'ils expriment leur désaccord.

Le sénateur d'Alabama Tommy Tuberville s'est lui insurgé contre les athlètes transgenres et les préoccupations «woke» – terme utilisé pour dénoncer ce qu’ils estiment être une complaisance de la gauche envers les revendications des minorités ethniques et sexuelles. Selon le sénateur, ces préoccupations prendraient le pas sur les problématiques scolaires traditionnelles. «La moitié des jeunes, quand ils sont diplômés, ne savent même pas lire leur diplôme», a-t-il ainsi avancé.

Le sujet des «guerres culturelles» est ainsi omniprésent à ce congrès politique, les républicains ayant décidé d'en faire un de leurs principaux angles d’attaques lors de la course pour la Maison Blanche. A plus de 600 jours de l'élection, le CPAC est d’ailleurs l’occasion d'assister au premier duel entre les deux candidats notables à l'investiture républicaine, Nikki Haley et Donald Trump. L'ancienne ambassadrice à l'ONU s'exprime ce 3 mars devant le CPAC.

Signe de l'emprise que l'ex-président républicain conserve sur ce rassemblement, plus de deux ans après son départ de la Maison blanche, la prestigieuse place du discours de clôture lui a une nouvelle fois été réservée cette année.  Mais contrairement aux éditions précédentes, l'allocution de Donald Trump dans l'après-midi du 4 mars se fera en l'absence de nombreux cadres du parti, à commencer par ses principaux rivaux pour 2024.

L'étoile montante de la droite, le gouverneur de Floride Ron DeSantis, présent lors de l'édition organisée l'an dernier à Orlando et dont la candidature est extrêmement attendue dans les rangs républicains, ne fera par exemple pas le déplacement.

«La seule raison pour laquelle certains "candidats" ne vont pas au CPAC est que le public ne s'intéresse pas à ce qu'ils ont à dire», a taclé le 2 mars Donald Trump sur son réseau, Truth Social. L'ancien président a en revanche promis un événement «monstrueux» pour son propre discours, assurant aux militants conservateurs «un grand moment».

 

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix