Le Premier ministre polonais furieux de la glorification par l'Ukraine du collaborateur nazi Bandera

Le Premier ministre polonais furieux de la glorification par l'Ukraine du collaborateur nazi Bandera© JOHN THYS Source: AFP
Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Il ne peut y avoir «aucune nuance» en ce qui concerne la glorification du collaborateur nazi Stepan Bandera en Ukraine, a mis en garde le Premier ministre polonais, alors que le parlement ukrainien vient de célébrer l'anniversaire de sa mort.

«Nous sommes extrêmement critiques, très, très négatifs à l'égard de toute glorification ou même de toute évocation de [Stepan] Bandera», a assuré lors d'une conférence de presse organisée le 2 janvier le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

Une déclaration qui se voulait une réponse à un message diffusé sur Twitter par le Parlement ukrainien, la Rada, qui avait célébré la veille ce qui aurait été le 114e anniversaire de Stepan Bandera, chef de l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), un groupe ultranationaliste qui avait pendant la Seconde Guerre mondiale sa propre organisation paramilitaire, l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), et qui a collaboré avec les nazis, participant notamment aux massacres des Polonais en Volhynie. Stepan Bandera a également fondé la Légion ukrainienne, qui a combattu l'armée russe pour le compte de la Wehrmacht.

Dans ce message, qui a ensuite été supprimé, le Parlement ukrainien citait les propos suivants de Stepan Bandera : «Le nationalisme ukrainien remportera la victoire finale et ultime lorsque l’empire russe cessera d’exister.» La Rada a ensuite déclaré que le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, le général Valery Zaluzhny, avait «bien compris [les] instructions de Stepan Bandera». Le général lui-même figurait d'ailleurs dans un autre tweet, photographié avec un grand portrait de Stepan Bandera en arrière-plan.

Aucune «clémence» pour ceux qui ne reconnaitraient pas le «terrible génocide» subi par les Polonais, prévient Morawiecki

«Il ne peut y avoir de nuance ici», a de son côté insisté Mateusz Morawiecki, promettant d'être «très, très clair à ce sujet» la prochaine fois qu'il aura l'occasion de parler au Premier ministre ukrainien Denis Shmygal. Le Premier ministre polonais a qualifié Stepan Bandera d'«idéologue [...] de l'époque criminelle, de l'époque de la guerre» qui a vu «de terribles crimes ukrainiens». Il a ajouté qu'il n'y aurait pas de «clémence» pour ceux qui refusent d'admettre que le «terrible génocide» subi par les Polonais aux mains des nationalistes ukrainiens pendant la Seconde Guerre mondiale était «quelque chose d'inimaginable».

Citée par le quotidien Haaretz, une source diplomatique israélienne souhaitant conserver l'anonymat a de son côté réagi à cette publication de la Rada : «Nous avons clarifié notre position à plusieurs reprises, mais apparemment nous ne pouvons rien faire, du moins pour le moment.» En effet, Israël s'insurge régulièrement contre les hommages rendus aux collaborateurs nazis en Ukraine comme Stepan Bandera ou encore à la division SS Galicienne n°1.

Les nationalistes ukrainiens marquent régulièrement l'anniversaire de Stepan Bandera le 1er janvier par des marches aux flambeaux et des manifestations massives.

En 2016, le Parlement polonais a reconnu les massacres de Volhynie comme un génocide perpétré par des membres de l'UPA. En 2018, le président polonais Andrzej Duda a signé un projet de loi qui interdit la promotion de l'idéologie associée à Stepan Bandera. Israël a également demandé à plusieurs reprises à Kiev de ne pas glorifier «les criminels de guerre ou réhabiliter les collaborateurs du temps de guerre».

Stepan Bandera reste en Ukraine un personnage clivant, certains le saluant comme un combattant contre les Soviétiques, d'autres le considérant comme un collaborateur nazi. Le président ukrainien Viktor Iouchtchenko avait participé à sa réhabilitation en le nommant à titre posthume «héros de l’Ukraine» en 2010 – un décret invalidé en 2011. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix