Centrafrique : le chef d'un centre culturel russe hospitalisé après une tentative d'assassinat

Centrafrique : le chef d'un centre culturel russe hospitalisé après une tentative d'assassinat© Barbara DEBOUT / AFP
Policiers à Bangui (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le chef de la Maison russe à Bangui, Dmitry Syty, a été hospitalisé après l'explosion d'un colis qui lui était parvenu par la poste. Le ministre russe des Affaires étrangères a dénoncé un attentat.

Ce 16 décembre, rapporte l'agence Tass, le chef de la Maison russe, un centre culturel public russe basé à Bangui, Dmitry Syty, a été transporté à l'hôpital après l'explosion d'un colis qui lui était parvenu par la poste.

Selon la mission diplomatique russe en Centrafrique, l'état de Dmitry Syty est considéré comme grave, bien que sa vie ne soit pas en danger. 

Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé un attentat. «L'incident s'est produit au moment où [Dmitry Syty] ouvrait un colis qu'il avait reçu et qui s’est avéré être bourré d'explosifs. La victime a été transportée immédiatement à l'hôpital, où des soins médicaux lui ont été prodigués en urgence», a précisé la diplomatie. Le ministère russe considère en outre que cette attaque «vise clairement à empêcher les activités de la "Maison russe" à Bangui, et, plus largement, à nuire au bon développement des relations amicales entre nos deux pays».

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, citée par l'agence Tass, a par ailleurs précisé que «la  Fédération de Russie ne se laissera pas intimider par des terroristes et ne fermera pas la Maison russe en RCA [République centrafricaine]».

Le fondateur de Wagner évoque des menaces contre Dmitri Syty

Peu après le drame, le fondateur de l'entreprise de sécurité privée russe Wagner, Evguéni Prigojine, a affirmé, dans un message public : «Le 11 novembre, Dmitri Syty a reçu un colis en provenance du Togo, contenant une photo de son fils qui vit en France. Il contenait une note disant qu'il recevrait la prochaine fois la tête de son fils si "les Russes ne se cassent pas du continent africain et n'ouvrent pas les portes aux Français". Aujourd'hui, il a reçu un nouveau colis. Malgré toutes les instructions de sécurité qu’il avait reçues, Dmitri Syty, bouleversé et croyant que la tête de son fils était dans le colis, l’a ouvert. Une explosion a eu lieu».

En réaction à ces propos, la cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna a déclaré depuis Rabat, où elle se trouvait en visite, selon l'AFP : «Cette information est fausse et c'est même un bon exemple de la propagande russe et de l'imagination fantaisiste qui caractérise parfois cette propagande.»

Pour sa part, le ministère russe des Affaires étrangères n'a pas évoqué de piste spécifique concernant cet attentat, disant espérer «qu'à la suite de l'enquête rapidement menée par les autorités compétentes de la République centrafricaine, les coupables de l'organisation et de l'exécution de ce méfait seront identifiés et punis».

Cette attaque intervient au lendemain du départ des derniers militaires français déployés en Centrafrique. Mi-2021, la France avait fait le choix de suspendre sa coopération avec les autorités de ce pays, l'estimant «complice» d'une campagne antifrançaise qui serait, selon Paris, téléguidée par la Russie. Par ailleurs, la France accuse la Centrafrique d'avoir recours au groupe de sécurité privé russe Wagner qui, selon Paris, «fait la guerre par procuration pour le compte de la Russie». Cette accusation, portée également par des ONG et l'ONU selon l'AFP, est démentie par la Russie. Moscou revendique en effet la présence d'instructeurs russes en Centrafrique, qui ne prennent pas part directement aux opérations de combat contre «les groupes armés illégaux», et dénonce toute confusion entre ses militaires et le groupe privé Wagner.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix