Vainqueurs à la Chambre des représentants, les républicains promettent une «nouvelle direction»

Vainqueurs à la Chambre des représentants, les républicains promettent une «nouvelle direction»© J. Scott Applewhite Source: AP
La Chambre des représentants, le 8 novembre 2022 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les républicains ont repris le contrôle de la chambre basse du Congrès, leur leader Kevin McCarthy ayant promis un changement de cap pour les Etats-Unis. Chaque camp est désormais en mesure de bloquer les projets adverses, au risque d'une paralysie.

Si la victoire démocrate au Sénat a constitué une surprise, celle des républicains à la Chambre des représentants était annoncée. Elle a été confirmée par plusieurs médias américains le 16 novembre, dont les projections laissent apparaître une majorité républicaine d'au moins 218 sièges à la chambre basse du Congrès, soit la majorité des 435 sièges en jeu.

«Les Américains sont prêts pour une nouvelle direction, et les républicains de la Chambre sont prêts à agir», s’est félicité le chef des républicains à la Chambre, Kevin McCarthy, désormais favori dans la course à la tête de cette assemblée. Il pourrait en effet être élu en janvier 2023, en remplacement de Nancy Pelosi, qui a perdu sa majorité.

«Les démocrates de la Chambre des représentants continueront à jouer un rôle de premier plan dans le soutien du programme du président Biden, avec une forte influence sur une faible majorité républicaine», a cependant affirmé Nancy Pelosi.

Un camp républicain à rassembler

Décrit comme partisan d'une ligne républicaine plutôt «classique», axée sur la défense du marché et de la réussite individuelle, Kevin McCarthy devra cependant obtenir le soutien de l'ensemble de son camp, l'aile droite des républicains ayant fait savoir qu'elle poserait ses conditions avant de le soutenir.

Il avait en effet adopté des positions changeantes face aux allégations de fraude électorale avancées par Donald Trump en 2020 et aux évènements du Capitole, en soutenant d’abord la contestation des résultats, puis en déclarant que le milliardaire «portait une responsabilité» dans les violences du 6 janvier 2021. Une semaine plus tard, il se faisait photographier tout sourire aux côtés de Donald Trump dans sa résidence de Floride et avait alors loué les vertus d'un «mouvement conservateur uni». Il s'est ensuite rapproché de fidèles lieutenants de Donald Trump au Congrès, à commencer par Jim Jordan, élu de l'Ohio, qu'il a décrit comme son «plus grand allié» dans la course pour la présidence de la Chambre.

Le président démocrate Joe Biden a félicité Kevin McCarthy dans un communiqué, mettant en avant son souhait de «travailler avec quiconque – républicain ou démocrate – prêt à œuvrer avec [lui] pour agir». Le chef d’Etat a aussi affirmé que les élections «ont démontré la force et la résilience de la démocratie américaine», se réjouissant d’un «rejet massif de ceux qui remettent en cause les résultats des élections, de la violence politique et de l'intimidation», en allusion aux revers enregistrés par certains partisans de Donald Trump, qu'il avait déjà accusés de mettre la «démocratie en danger».

La victoire des républicains est en effet plus courte que ce que les sondages pouvaient leur laisser espérer, les démocrates ayant mieux résisté que prévu à des élections de mi-mandat traditionnellement défavorables à la majorité et au président en place. Donald Trump lui-même a reconnu que les résultats étaient en demi-teinte lors de l'annonce de sa candidature à la présidentielle de 2024, le 15 novembre.

Deux années de paralysie en vue ?  

Même mince, cette majorité républicaine à la Chambre des représentants risque d'entraîner une relative paralysie pendant les deux années restantes du mandat de Joe Biden, qui ne sera guère en mesure de faire adopter de grands projets par un Congrès désormais divisé. Ses promesses d'une loi fédérale consacrant le droit à l'avortement, d'une interdiction des fusils d'assaut ou encore d'une vaste réforme électorale pour protéger l'accès des minorités au vote semblent ainsi enterrées.

Il pourrait aussi être un peu plus difficile pour la Maison Blanche de faire approuver de nouvelles aides militaires à l'Ukraine : si le soutien à Kiev avait fait jusqu'ici consensus, certains républicains, Kevin McCarthy en tête, ont déjà déclaré qu'ils ne signeraient pas de «chèques en blanc». Du côté du Pentagone, le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a d'ailleurs estimé le 16 novembre que la probabilité d'une victoire militaire ukrainienne n’était «pas très élevée militairement», et évoqué la perspective d’un ralentissement des combats pendant l’hiver qui pourrait ouvrir «une fenêtre [...] en vue d'initier une solution politique».

Les républicains doivent eux aussi réviser leurs ambitions à la baisse, alors qu'ils avaient promis de revenir sur une série de mesures adoptées par le locataire de la Maison Blanche s'ils reprenaient le contrôle des deux chambres. Ils disposeront néanmoins de la capacité d'organiser des auditions et des investigations sur plusieurs dossiers qui leur tiennent à cœur, dont la gestion de la pandémie par Joe Biden ou encore celle du retrait désordonné des troupes américaines d'Afghanistan.

Ils pourraient aussi aborder le cas de son fils Hunter Biden, dont le nom a été cité par plusieurs médias dans des affaires de corruption en Ukraine et en Chine. Un rapport censé contenir de nombreux fichiers compromettants directement issus de l'ordinateur portable du principal concerné aurait ainsi été transmis au Congrès mi-octobre, selon le quotidien britannique The Sun.

Le parti républicain garde en ligne de mire la présidentielle de 2024. Avec sa déclaration de candidature, Donald Trump a ouvert les hostilités pour l'investiture du parti républicain pour l'élection à la Maison Blanche, le gouverneur de Floride Ron DeSantis risquant de se mettre en travers de son chemin.

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix