Tunisie : des milliers de personnes battent le pavé après la disparition de migrants en mer

- Avec AFP

Tunisie : des milliers de personnes battent le pavé après la disparition de migrants en mer© FETHI BELAID Source: AFP
Des bateaux de migrants dans port de la ville de Sfax, le 4 octobre 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Une grève générale a eu lieu à Zarzis en Tunisie pour demander une investigation de la disparition des migrants tunisiens et l'enterrement de certaines dépouilles. Face aux critiques, le président Kaïs Saïed a ordonné une enquête.

Des milliers de personnes ont manifesté le 18 octobre à Zarzis, ville du sud-est de la Tunisie paralysée par une grève générale pour réclamer l'intensification des recherches des corps de migrants tunisiens disparus en mer il y a un mois, selon un correspondant de l'AFP.

Les fonctionnaires et commerçants de cette ville côtière d'environ 75 000 habitants ont observé une grève générale à l'appel d'un syndicat local demandant une enquête sur ce naufrage et sur les procédures de recherche et d'inhumation des dépouilles retrouvées.

De 3 000 à 4 000 manifestants parmi lesquels les familles de 12 migrants portés disparus se sont rassemblés sur l'avenue principale de Zarzis, selon des observateurs.  Certains brandissaient des photos des disparus et des banderoles dénonçant un «crime d'Etat», appelant à dévoiler «la vérité». 

Une embarcation de fortune partie de Zarzis avec à son bord 18 migrants tunisiens a disparu dans la nuit du 20 au 21 septembre. Par la suite, huit corps, dont plusieurs de Tunisiens, ont été retrouvés le 10 octobre par des pêcheurs. Les autorités locales ont inhumé par erreur quatre migrants tunisiens dans un cimetière privé, «Le jardin d'Afrique», réservé habituellement aux corps des migrants subsahariens repêchés dans la région, ce qui a provoqué la colère des familles. 

En 2022, plus de 25 000 migrants interceptés aux larges des côtes tunisiennes

Déjà sous le coup des critiques en raison de l'inflation galopante dans le pays, le président Kaïs Saïed a ordonné le 17 octobre au ministère de la Justice d'ouvrir une enquête «afin que les Tunisiens connaissent toute la vérité et que les responsables de ces drames affrontent les conséquences de leur négligence». 

Du printemps à l'automne, en raison de la météo favorable, le rythme des départs de migrants depuis la Tunisie et la Libye voisine vers l'Italie s'accélère, se soldant parfois par des noyades. Face à la pression migratoire, les autorités tunisiennes peinent à intercepter ou à secourir les migrants en raison, disent-elles, d'un manque de moyens.

La Ligue tunisienne des droits de l'homme a dénoncé «l'incapacité des autorités à mobiliser les moyens nécessaires pour mener les opérations de sauvetage et de recherche avec célérité». La Tunisie traverse une grave crise politico-économique et compte désormais quatre millions de pauvres, sur une population de près de 12 millions d'habitants.

Plus de 22 500 migrants – des Tunisiens, des Subsahariens parmi d'autres nationalités – ont été interceptés au large des côtes tunisiennes depuis le début de l'année, selon des données officielles.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix