L'Allemagne suspend ses opérations militaires au Mali après un nouveau refus de survol de Bamako

- Avec AFP

Un soldat allemand du détachement de parachutistes de la MINUSMA, le 3 août 2018.© SEYLLOU Source: AFP
L'Allemagne a annoncé la suspension de toute activité militaire au Mali à la suite d'un refus de Bamako d'autoriser un survol, le 11 août 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'Allemagne, qui soutient la mission de l'ONU en remplacement des forces françaises, a annoncé suspendre toutes ses opérations militaires au Mali à la suite d'un nouveau refus de survol des autorités maliennes, et ce malgré les garanties de Bamako.

L'Allemagne a annoncé le 11 août suspendre «jusqu'à nouvel ordre» la majeure partie de ses opérations militaires au Mali dans le cadre de la mission de l'ONU (Minusma), en dénonçant un nouveau refus de survol par les autorités maliennes.

«Le gouvernement malien a encore une fois refusé d'autoriser un vol prévu aujourd'hui» qui devait assurer une rotation de personnel, a expliqué un porte-parole du ministère allemand de la Défense. «Nous suspendons jusqu'à nouvel ordre nos opérations de reconnaissance et les vols de transport par hélicoptère [car] il n'est plus possible de soutenir la Minusma sur le plan opérationnel», a-t-il ajouté.

Sans le nouveau personnel qui devait en partie «remplacer les forces françaises» qui se retirent, «la sécurité sur place n'est plus assurée [et] les forces restantes doivent être dédiées à la sécurisation» et ne pourront plus assurer leurs missions habituelles, a expliqué le porte-parole lors d'une conférence de presse.

Le refus de survol est intervenu malgré des assurances contraires de la part du ministre malien de la Défense, Sadio Camara, lors d'un entretien téléphonique le 10 août avec son homologue allemand Christine Lambrecht. «Les actes de [Sadio] Camara parlent une autre langue que ses mots», a dénoncé la responsable sur Twitter. 

La décision allemande intervient alors que le Mali, qui a poussé vers la sortie le vieil allié français, fait depuis plusieurs semaines face à une résurgence d'attaques de la nébuleuse du Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans (GSIM, JNIM en arabe).

Les rapports entre le gouvernement militaire au pouvoir à Bamako et Paris, ancienne puissance coloniale, se sont brutalement dégradés ces derniers mois, poussant les deux pays à la rupture après neuf ans de présence française ininterrompue pour lutter contre les djihadistes.

La force française Barkhane est actuellement en train de finaliser l'évacuation de ses matériels de ce pays. Les relations entre le Mali et l'ONU, dont les casques bleus sont présents dans le pays depuis 2013, se sont également dégradées ces dernières semaines, avec l'expulsion notable du porte-parole de la Minusma le 20 juillet.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix