Le président russe Poutine reçoit son homologue turc Erdogan à Sotchi

Protocole de la rencontre entre Poutine et Erdogan à Sotchi
Suivez RT France surTelegram

Le chef d'Etat turc Recep Tayyip Erdogan est invité par Vladimir Poutine ce 5 août à Sotchi, en Russie, afin de discuter de la coopération entre leurs deux pays, en ce qui concerne notamment la situation en Syrie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan se rend ce 5 août en Russie pour y rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine, à Sotchi.

«J'espère que nous pourrons signer aujourd'hui un mémorandum sur le renforcement de nos liens économiques et commerciaux», a déclaré Vladimir Poutine, au début de la rencontre. «Grâce à votre participation directe et à la médiation du secrétariat de l'ONU, le problème lié aux livraisons des céréales ukrainiennes en provenance des ports de la mer Noire a été réglé. Les livraisons ont déjà commencé, et je voudrais vous en remercier», a également déclaré le chef d'Etat russe, soulignant également le rôle d'Ankara dans le transit du gaz russe vers l'Europe, via le gazoduc TurkStream.

De son côté, Recep Tayyip Erdogan a dit espérer que l'entretien permettra d'«ouvrir une page très différente dans les relations» russo-turques, ajoutant que des délégations des deux pays avaient eu des discussions «très productives», notamment sur le commerce et le tourisme.

Cette rencontre intervient alors que le président turc menace depuis mai de conduire une offensive dans le nord-est de la Syrie, pour établir une zone de sécurité de 30 km à sa frontière afin d'éloigner les combattants kurdes du PKK et leurs alliés. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Lors d'un sommet Iran-Turquie-Russie à Téhéran le 19 juillet, Recep Tayyip Erdogan s’était montré déterminé à mener cette offensive malgré l'opposition réitérée du président Poutine et de leur homologue iranien Ebrahim Raïssi, qui soutiennent tous deux des milices auxiliaires dans la région. Les trois chefs d'Etat ont néanmoins signé un communiqué conjoint soutenant implicitement Ankara, en affirmant «rejeter toutes les initiatives d'autodétermination illégitimes».

Ce 5 août encore, avant la rencontre entre Poutine et Erdogan, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a souligné que si la Turquie a «des inquiétudes légitimes», «il est très important de ne permettre aucune action qui pourrait déstabiliser la situation en Syrie».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix