JO 2024 : enquête ouverte pour «travail dissimulé» et «emploi d'étrangers sans titre» sur chantier

- Avec AFP

Vue aérienne sur la construction d'une arène aquatique près de l'autoroute A1 et du Stade de France à Saint-Denis, au nord de Paris, le 25 mai 2022, en vue des Jeux olympiques de Paris 2024 (image d'illustration).© Colin BERTIER Source: AFP
Vue aérienne sur la construction d'une arène aquatique près de l'autoroute A1 et du Stade de France à Saint-Denis, au nord de Paris, le 25 mai 2022, en vue des Jeux olympiques de Paris 2024 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Une enquête a été ouverte à la suite du recensement en mars de sept travailleurs sans-papiers sur le chantier du village des athlètes des JO de Paris 2024. La brigade de répression de la délinquance contre la personne a été saisie.

Corroborant une information de L’Equipe, le parquet de Bobigny a confirmé le 14 juin l'ouverture d'une enquête pour «emploi d'étrangers sans titre», «recours au travail dissimulé» et «exécution en bande organisée d'un travail dissimulé».

Après le recensement en mars de sept travailleurs sans-papiers sur le chantier du village des athlètes des JO de Paris 2024, les investigations en question ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

«Les investigations sont en cours pour déterminer les responsabilités dans la commission de ces faits», a expliqué une source du parquet de Bobigny.

Des irrégularités repérées par la CGT 

Contactée par l'AFP, la Solideo (société de livraison des ouvrages olympiques) n'était pas joignable dans la soirée.

Cette procédure a démarré par le signalement d'un service de contrôle de la direction régionale de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités (DRIEETS), lui-même déclenché après un signalement de la CGT.

Les travailleurs sans-papiers étaient employés par une société sous-traitante, «dont les ramifications et l'implication vont au-delà des chantiers des JO», avait confié en mars une source proche du dossier à l'AFP. 

Sur ce gigantesque chantier, situé à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), travaillent plusieurs entreprises sous l'égide de la Solideo, qui dispose d'un budget de quatre milliards d'euros dont un milliard et demi d'argent public. Leur mission : pouvoir livrer le village des athlètes censé abriter plus de 10 000 sportifs dans deux ans. 

«Il n'y avait aucune raison que les chantiers des JO échappent à la pression classique qui existe dans la construction et les travaux», des filières en tension, avait expliqué Bernard Thibault, ex-secrétaire général de la CGT, qui siège au conseil d'administration de la Solideo.

Près d'une centaine de contrôles ont été opérés depuis le lancement des chantiers des Jeux, qui se veulent exemplaires sur ce sujet, selon une source proche du dossier. Du village des athlètes en passant par des gymnases ou des échangeurs routiers, la Solideo est chargée de construire ou rénover une soixantaine d'ouvrages pour 2024. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix