Accord LFI-PS : les anciennes gloires socialistes contrariées

Bernard Cazeneuve et François Hollande sont mécontents de l'entente entre le Parti socialiste et La France insoumise pour les législatives de juin (image d'illustration).© Thomas SAMSON Source: AFP
Bernard Cazeneuve et François Hollande sont mécontents de l'entente entre le Parti socialiste et La France insoumise pour les législatives de juin (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Après un accord passé entre la direction du Parti socialiste et La France insoumise pour les législatives, plusieurs anciennes figures du parti, comme François Hollande, ont dénoncé l'arrangement. Bernard Cazeneuve annonce quitter le PS.

La France insoumise (LFI) et le Parti socialiste (PS) ont affirmé le 4 mai avoir conclu un accord pour les élections législatives après être tombés d'accord sur la stratégie, le programme et les circonscriptions. De nombreux anciens cadres du PS fustigent une telle alliance, même si celle-ci doit encore être soumise à l'approbation interne des socialistes le 5 mai.

L'ancien président de la République François Hollande a par exemple dénoncé l'accord auprès du quotidien régional La Montagne : «Je récuse l'accord sur le fond et même sur les circonscriptions. Mais c'est une question qui doit être tranchée par le conseil national du PS.» Son entourage a précisé qu'il s'exprimerait plus en détail «en début de semaine prochaine».

L'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault a pour sa part qualifié de «rafistolage» l'accord conclu, regrettant une «forme de démission» qui pourrait fracturer le PS. «Je suis profondément déçu par le texte qui vient d'être rendu public. Je vous dis mon désaccord avec regret», a déclaré Jean-Marc Ayrault à l'AFP, dénonçant le «prix exorbitant» payé par le PS, qui serait «absent dans 500 circonscriptions sur 577». «Il y a une forme de démission qui n'est pas défendable», a-t-il ajouté. «En même temps, j'ai bien conscience qu'avec 1,7 % des voix à la présidentielle, ça ne met pas le Parti socialiste en situation confortable», a reconnu l'ancien chef du gouvernement de François Hollande.

Egalement ancien Premier ministre sous François Hollande, Bernard Cazeneuve, a annoncé dans La Manche libre, quitter le parti.

Des frondeurs au sein du PS

L’ancien patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a confié sur Twitter «comprendre les départs de ses amis [comme Bernard] Cazeneuve» mais appelle les socialistes face à la «reddition [...] de la direction du PS», «à refuser cet accord sous toutes les formes possibles que ce soit lors d'un vote des militants ou au Conseil national ou autre».

L'ancien président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone a tweeté : «La sympathie ne peut couvrir les désaccords. Ici se termine notre aventure commune.»

Le maire du Mans Stéphane Le Foll s'est dit quant à lui prêt à «conduire la campagne» pour les législatives des dissidents du PS. «Pour tous ceux qui vont être candidats quand même parce qu'ils n'accepteront pas l'accord, il faut conduire cette campagne», a lancé sur France 2 l'ancien ministre de François Hollande, vent debout depuis le début contre une alliance avec la formation menée par Jean-Luc Mélenchon.

«Il y a déjà une fuite des adhérents du PS», a assuré à l'AFP le maire de Dijon François Rebsamen. Tout en se défendant de «faire du prosélytisme», c'est-à-dire du débauchage actif, cet ancien ponte du PS, désormais soutien d'Emmanuel Macron, a créé en avril son propre parti, la «Fédération progressiste», décrit comme «un sas pour les accueillir».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix