Législatives : LFI et le PS concluent un accord, soumis à l'approbation interne des socialistes

- Avec AFP

Jean-Luc Mélenchon (LFI) et Olivier Faure (PS), vers un accord pour les législatives (image d'illustration).© David NIVIERE / POOL Source: AFP
Jean-Luc Mélenchon (LFI) et Olivier Faure (PS), vers un accord pour les législatives (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La France insoumise et le Parti socialiste ont annoncé avoir conclu leur accord pour les législatives après s'être entendus sur la stratégie, le programme et les circonscriptions. Un texte qui sera soumis à l'approbation interne des socialistes.

La France insoumise (LFI) et le Parti socialiste (PS) sont tombés d'accord ce 4 mai en vue des législatives du mois de juin.

«Nous voulons faire élire des députés dans une majorité de circonscriptions, pour empêcher Emmanuel Macron de poursuivre sa politique injuste et brutale (RSA sous condition de travail gratuit et retraite à 65 ans) et battre l’extrême-droite», déclarent les deux formations dans un communiqué commun.

La LFI et le PS se sont accordés sur la stratégie, le programme et les circonscriptions, avec un texte qui sera soumis le 5 mai à l'approbation interne des socialistes. «Le Premier ministre serait issu du plus grand groupe à l’Assemblée, soit Jean-Luc Mélenchon», ajoutent-ils.

Par cet accord, le PS rejoint la «Nouvelle union populaire écologique et sociale», dont EELV et le PCF sont déjà membres en vertu des accords passés ces trois derniers jours.

Le texte reprend les principes stratégiques déjà agréés par ces deux formations, sur la garantie du respect de la «pluralité» et «l'autonomie» de chacun des partis, notamment via des groupes parlementaires distincts, et sur la mise en place d'un intergroupe. Les membres de l'union participeront tous le 7 mai à la convention d'investiture à Aubervilliers.

Sur le programme, sont validées aussi avec le PS les grandes orientations : un Smic à 1 400 euros nets, le blocage des prix des denrées de première nécessité, l'abrogation de la loi travail de Myriam El Khomri (pourtant une ancienne ministre socialiste), la planification écologique ou encore la VIe République.

Pour la retraite à 60 ans, elle sera «pour tous» mais le PS a fait ajouter : «Avec une attention particulière pour les carrières longues, discontinues et les métiers pénibles.» Y figure aussi explicitement «la défense de la République laïque et universaliste», que les socialistes souhaitaient voir clarifier.

Sur l'UE, les deux partis veulent «mettre fin au cours libéral et productiviste»

Les deux formations actent «des histoires différentes avec la construction européenne». Mais l'objectif est commun : «Mettre fin au cours libéral et productiviste de l’Union européenne et construire un nouveau projet au service de la bifurcation écologique et solidaire.»

Vis-à-vis des traités européens qui bloqueraient l'application du programme sur certains points, LFI et le PS font un compromis lexical : «Nous parlons de désobéir pour les uns, de déroger de manière transitoire pour les autres.» «Il nous faudra dépasser ces blocages et être prêts à ne pas respecter certaines règles», ajoute le communiqué.

Cet accord sera soumis au vote du parlement interne du PS, le Conseil national, le 5 mai au soir, un rendez-vous qui s'annonce tendu, en particulier sur les 70 circonscriptions obtenues par les négociateurs socialistes.

Allié quasiment naturel du PS lors des précédentes échéances électorales, le Parti radical de gauche (PRG) refuse pour l'instant d'entrer dans cette coalition, annonçant le 4 mai la création de son propre mouvement fédérateur : le Réel (République. Ecologie. Europe. Laïcité). Sur Twitter, le PRG appelle ainsi «toutes les forces de la gauche républicaine, du progrès social et écologiste à s’unir pour les élections législatives sous la bannière commune du Réel».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix