«Castex en prison» : le chef du gouvernement pris à partie par des habitants à Grenoble (VIDEOS)

«Castex en prison» : le chef du gouvernement pris à partie par des habitants à Grenoble (VIDEOS)© Frederick FLORIN / AFP Source: AFP
Jean Castex en visite à Strasbourg le 28 janvier 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Afin de marquer la première année du comité interministériel de la ville, Jean Castex et plusieurs ministres étaient en déplacement à Grenoble ce 29 janvier. Une visite agitée, puisque le Premier ministre a été pris à partie par certains habitants.

En déplacement à Grenoble, Jean Castex a reçu un accueil plutôt agité lors de sa visite du quartier réputé sensible de La Villeneuve, comme le rapporte France Bleu. Le Premier ministre se rendait dans ce quartier pour dresser un premier bilan du comité interministériel de la ville, un an après sa mise en place.

Le chef du gouvernement était accompagné de plusieurs ministres afin d'aborder plusieurs problématiques liées à la politique de la ville. Nadia Hai (Ville), Emmanuelle Wargon (Logement), Nathalie Elimas (Education prioritaire), et l'Isérois Olivier Véran (Santé) étaient donc aussi du déplacement. Jean Castex et ses ministres ont été accueillis par les maires des deux villes, Renzo Sulli (Echirolles) et Eric Piolle (Grenoble).

Comme le souligne également France Bleu, la visite n'a pas été du goût du maire Europe Ecologie - Les Verts de Grenoble, qui dénonce un coup de communication. «Ce qui me choque, c'est que l'on est à 70 jours de l'élection présidentielle», avait déclaré Eric Piolle le 28 janvier, soit la veille de cette visite. «On a un comité qui ne rassemble que des Parisiens et qui viennent faire leur réunion à Grenoble. Nos villes ne sont pas des zoos. S'ils viennent à Grenoble, c'est pour travailler, et quand on vient travailler avec quelqu'un, on échange, ce n'est pas ce qu'il se passe», a-t-il également dénoncé.

Dans la matinée, le maire a toutefois servi de guide au chef du gouvernement dans le quartier, comme l'explique encore France Bleu, qui précise que plusieurs habitants sont alors venus échanger avec Jean Castex, à qui ils ont demandé une amélioration de leurs conditions de vie. 

Le Premier ministre a répondu à un habitant «comprendre qu'il y ait de l'exaspération, des attentes.»

C'est après ces échanges que la situation s'est quelque peu tendue avec certains résidents. On peut ainsi entendre sur les vidéos différentes insultes comme «pourri», «vendu» ou encore un habitant scander : «Castex en prison».

Après ces incidents, le Premier ministre a visité un centre de vaccination de Seyssins avant la tenue, en début d'après-midi, du comité interministériel de Grenoble. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix