Des employés du bricolage envahissent un magasin de Leroy Merlin pour exiger une hausse des salaires

Des employés du bricolage envahissent un magasin de Leroy Merlin pour exiger une hausse des salaires© Charles Baudry Source: RT France
Des salariés du secteur du bricolage investissent un magasin Leroy merlin à Saint-Denis pour réclamer une hausse des salaires.
Suivez RT France surTelegram

Plusieurs dizaines de salariés de différentes enseignes de bricolage ont manifesté pour réclamer une revalorisation des salaires, bloquant les caisses automatiques d'un magasin Leroy Merlin à Saint-Denis.

«Tous ensemble», «on est là» : c'est en chantant ces slogans que des dizaines de salariés du secteur du bricolage (Bricorama, Castorama, Leroy Merlin), arborant des chasubles de la CGT, ont envahi un magasin de Leroy Merlin à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 25 janvier, afin de réclamer des hausses de salaires.

Notre reporter Charles Baudry était sur place et a pu accompagner les manifestants à l'intérieur du magasin où ils ont bloqué des caisses automatiques, considérées comme destructrices d'emplois. Ils ont également bloqué l'accès au magasin pendant quelques dizaines de minutes dans le calme.

«On est là pour montrer un mécontentement pour la grille des salaires de la branche du bricolage», a expliqué Romain Coussin, délégué CGT de Leroy Merlin, rappelant que l’inflation actuelle faisait espérer aux salariés une revalorisation plus conséquente que celle proposée dans le cadre des négociations actuelles. Là on se moque du monde !», s'est offusqué le syndicaliste, évoquant des propositions d'augmentations insuffisantes. «La CGT réclame un salaire d'entrée à 2 000 euros», a-t-il détaillé, alors que la rémunération de base s'élève actuellement à 1700 euros environ. D'autant plus que les directeurs de magasin ont, selon lui, perçu des rémunérations complémentaires équivalant à «14 000, 15 000 euros». 

«Il y a eu 13 milliards d'euros de bénéfices qui ont été faits pendant la crise [...] pour la branche bricolage [...] et il n'y a qu'un euro d’augmentation [pour les salariés du bricolage au SMIC]», a abondé Stéphane Leroux, secrétaire fédéral de la CGT commerce et services. «On réclame une redistribution des richesses qui soit plus juste», a plaidé le syndicaliste, jugeant inacceptable le fait de ne pas pouvoir «vivre dignement» en travaillant, alors que «quelques familles, en France, détiennent quasiment la totalité de la richesse».

Lors d'un précédent mouvement, l'intersyndicale de Leroy Merlin avait obtenu le 30 novembre un accord sur une revalorisation des salaires pour faire face à l'inflation, après 10 jours de mobilisation, avec une augmentation de 65 euros pour les employés et agents de maîtrise. Les discussions entamées ensuite au niveau de la branche ont été qualifiées de «simulacre de négociation» par la CGT, dénonçant un «nouvel affront fait à tous les travailleurs de ce secteur» alors que les prix de l'énergie, comme d'une série de produits de consommation courante, ne cessent d'augmenter. Au-delà du secteur du bricolage, les syndicats appellent à une journée de mobilisation interprofessionnelle «sur les salaires et l'emploi», le 27 janvier.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix