Fréjus : des bénévoles des Restos du cœur préfèrent démissionner plutôt que d'aider des migrants

Fréjus : des bénévoles des Restos du cœur préfèrent démissionner plutôt que d'aider des migrants© Ian Langsdon Source: AP
Les Restos du cœur sont une association considérée comme d'utilité publique (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Après le refus de certains bénévoles de la ville de Fréjus de servir des migrants, la direction des Restos du cœur les a contraints de démissionner. Ceux-ci se justifient en affirmant avoir été victimes d'agressions.

Les Restos du cœur de Fréjus (Var) sont au centre d'une polémique depuis le 22 octobre. Des articles de presse ont été publiés dévoilant que des bénévoles de l'association caritative refusaient depuis plusieurs mois de venir en aide aux familles de migrants. Mise devant ses devoirs liés à la charte, cette quinzaine de personnes de l'équipe des Restos a préféré démissionner.

En effet, le délégué régional pour la région sud de l'association, Daniel Ravel, a expliqué sur BFM TV que ces bénévoles «ont voulu faire une sélection dans l'accueil des personnes». «Nous leur avons demandé depuis un certain nombre de mois – depuis quatre ou cinq mois – de bien réfléchir à leur engagement. Ils ont réfléchi, ils n'acceptent pas cet accueil inconditionnel au sein des Restos du cœur. Nous leur avons donc demandé de choisir, ils ont choisi : ils ont démissionné», a-t-il ajouté. Et le responsable de rappeler la charte de l'organisation créée par Coluche en 1985 qui précise effectivement ce devoir d'accueil en ces termes : «Respect et solidarité envers toutes les personnes démunies. Les Restos n’opèrent aucune discrimination et le respect de la personne humaine va de pair avec la solidarité.» Il a assuré qu'après avoir «pris acte de leur démission», une nouvelle équipe de bénévoles a pu assurer la distribution alimentaire dans le centre «qui accueille environ 250 familles».

«Nous ne sommes pas racistes», les démissionnaires exposent des problèmes de sécurité

Le quotidien Var matin a pu joindre les démissionnaires. «Nous ne sommes pas racistes», affirme l'un d'entre eux dans un premier temps pour le quotidien régional. Cette personne explique recevoir sur Facebook, des insultes, qualifiant les démissionnaires de «xénophobes». Or, elle précise que cela ne «correspond pas à la réalité» : «Africains, Russes, Afghans, nous avons toujours accueilli tout le monde, sans aucune distinction.» «D'ailleurs, certains ont pleuré quand nous leur avons annoncé notre départ», assure-t-elle.

Africains, Russes, Afghans, nous avons toujours accueilli tout le monde, sans aucune distinction

Un autre membre décrit ce qu'il juge être une contradiction de la direction, qui invoque aujourd'hui l'accueil inconditionnel des individus aux Restos, mais qui demandait en réalité aux bénévoles de s'assurer que les bénéficiaires de l'aide alimentaire aient bien des titres de séjour et une pièce d'identité. Ce bénévole des Restos soutient que l'équipe démissionnaire offrait bel et bien une aide aux sans-papiers alors même que «si on se réfère à la charte, [ces derniers] ne pouvaient pas prétendre à l'aide alimentaire».

«Le problème, c'est qu'il y a deux ans, certains d'entre eux sont devenus menaçants. Un jour un membre de notre équipe s'est même pris une boîte de conserve en plein visage», explique ce même bénévole. C'est ainsi que pour des raisons de sécurité, après plusieurs agressions en deux ans, l'équipe a exigé que les migrants soient accompagnés aux Restos par leur travailleur social. Concernant les sans-papiers, ne disposant en conséquence d'aucun travailleur social, ceux-ci ne pouvaient plus être inscrits sur les listes des bénéficiaires de l'aide.

«Mais nous continuions à leur offrir des colis de dépannage», précise-t-il. La direction aurait ensuite exigé des bénévoles d'inscrire toute personne, y compris ceux qui ne disposaient pas des papiers nécessaires. Un ultimatum aurait eu lieu en septembre 2021 pendant l'Assemblée générale, les obligeant à démissionner s'ils ne respectaient pas la consigne de la direction. Trois de ces bénévoles démissionnaires se disent «écœurés» constatant que l'association avait perdu «l'esprit de Coluche» devenant «une véritable entreprise».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»