Le tribunal «ordonne» que Sarkozy soit entendu comme témoin dans l'affaire des sondages de l'Elysée

- Avec AFP

Le tribunal «ordonne» que Sarkozy soit entendu comme témoin dans l'affaire des sondages de l'Elysée© Stephane Mahe Source: AFP
Nicolas Sarkozy le 2 octobre à Paris (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La justice a décidé que Nicolas Sarkozy devrait bien se rendre au tribunal comme témoin dans le procès des sondages de l'Elysée. L'ancien président de la République avait jusqu'alors fait valoir son immunité et refusé de témoigner.

Le tribunal a ordonné le 19 octobre l'audition de l'ancien président Nicolas Sarkozy comme témoin au procès des sondages de l'Elysée, un dossier dans lequel il n'est pas poursuivi car couvert par son immunité présidentielle.

Cité au procès par l'association Anticor, partie civile, l'ex-chef d'Etat avait indiqué dans une lettre qu'il n'entendait pas venir témoigner. Le 19 octobre, le tribunal a cependant «ordonné que ce témoin soit amené devant lui par la force publique pour qu'il soit entendu le 2 novembre».

Le tribunal «considère qu'il résulte de l'ordonnance dont il est saisi que le témoignage de Nicolas Sarkozy est effectivement [...] nécessaire à la manifestation de la vérité» et qu'il est «susceptible d'avoir une influence sur les faits reprochés aux prévenus», a souligné le président.

Selon la Constitution, le président de la République est couvert par une immunité pour les actes accomplis au cours de son mandat, mais le texte suprême «ne fait nullement obstacle à ce qu'un ancien président soit entendu en qualité de témoin», a rappelé le magistrat, qui a aussi cité la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) concernant les droits de la défense des prévenus.

Interrogé sur cette décision, l'entourage de Nicolas Sarkozy n'a pas souhaité s'exprimer «à ce stade».

Un procès qui durera quatre semaines

Déjà cité au cours de l'instruction en 2016 par Anticor, Nicolas Sarkozy avait refusé de venir et le juge d'instruction Serge Tournaire avait alors estimé que l'y contraindre serait «disproportionné».

Le 18 octobre, le Parquet national financier (PNF) qui représente l'accusation à ce procès, avait estimé que «la position du juge d'instruction» était «une position de bon sens et de sagesse», ajoutant «s'en remettre» au tribunal concernant un éventuel recours à la force publique.

Le tribunal a par ailleurs refusé la transmission d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soulevée par la défense de l'ancien secrétaire général de la présidence Claude Guéant.

Après ces décisions, le président du tribunal judiciaire de Paris a commencé à exposer, comme il est d'usage, le dossier que le tribunal va étudier pendant quatre semaines.

Cinq anciens proches de Nicolas Sarkozy, dont l'ex-secrétaire général de la présidence Claude Guéant, sont jugés pour des soupçons de favoritisme et de détournement de fonds publics autour de contrats de conseil et de sondages entre 2007 et 2012.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»