En pleine primaire, Nicolas Sarkozy a fait jouer son immunité afin d'éviter de répondre au juge

En pleine primaire, Nicolas Sarkozy a fait jouer son immunité afin d'éviter de répondre au juge
Nicolas Sarkozy le 19 novembre 2016, photo ©FRANCK FIFE / AFP

Novembre 2016... Nicolas Sarkozy voulait consacrer toute son attention et son énergie à la campagne de la primaire de la droite et du centre. Convoqué par le juge le 8 novembre, l'avocat de l'ex-président a fait valoir l'immunité présidentielle.

Nicolas Sarkozy devait se rendre chez le juge d'instruction le 8 novembre, à la demande de l'association Anticor, partie civile dans l'affaire des sondages de l'Elysée. Au milieu de la dernière ligne droite de la campagne de la primaire de la droite et du centre, Thierry Herzog, avocat de l'ancien président, fait parvenir un courrier au juge, Serge Tournaire, lequel fait valoir que Nicolas Sarkozy peut se prévaloir de son immunité présidentielle et donc ne pas répondre à la convocation.

Lire aussi : Squarcini, Buisson : le réseau de Nicolas Sarkozy sous le feu des projecteurs

Une immunité présidentielle garantie par la Constitution qui établit l'irresponsabilité du président de la République dans le cadre de l'exercice de ses fonctions et ne peut répondre que devant la Haute cour de justice de la République ou encore la Cour pénale internationale. Un principe confirmé, selon Me Thierry Herzog par un arrêté de la Cour de cassation de décembre 2012, qui portait sur ce dossier dit des sondages de l'Elysée.

Une décision qui n'est pas du tout du goût de Patrick Buisson, ancien proche collaborateur mais désormais ennemi personnel de Nicolas Sarkozy. Il est en effet mis en examen dans cette affaire de sondages commandés à partir de 2007 par l'Elysée sans appel d'offres au motif que les sociétés mandatées pour procéder à ces enquêtes, Publifact et Publiopinion, appartenaient à Patrick Buisson. Ce dernier a demandé que Nicolas Sarkozy soit à nouveau convoqué, mais le juge, après ce premier refus, n'a pas donné suite. Nicolas Sarkozy a déjà fait jouer l'immunité présidentielle par le passé, dans le dossier Bygmalion, afin de ne pas répondre aux juges. 

Lire aussi : Cour de cassation sous le contrôle du gouvernement : les autorités judiciaires ne décolèrent pas

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.