Le cortège d'un mariage dégénère à Méry-sur-Oise, quatre gendarmes blessés

Le cortège d'un mariage dégénère à Méry-sur-Oise, quatre gendarmes blessés© Denis CHARLET Source: AFP
Vidéo
Un véhicule de la gendarmerie (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Des heurts ont éclaté le 25 septembre à Méry-sur-Oise (Val-d'Oise) entre les convives d'un mariage et des gendarmes. Quatre militaires ont été blessés, trois de leurs véhicules ont été dégradés.

La célébration d'un mariage à Méry-Sur-Oise (Val-d'Oise) a dégénéré dans la journée du 25 septembre. Une centaine de personnes conduisant des voitures de sport qui formaient le cortège ont bloqué l'autoroute A16 ainsi que la départementale 44, puis une avenue de la commune située au nord-ouest de Paris.

C'est lorsque les gendarmes ont voulu rétablir la circulation dans le centre-ville que la situation a dégénéré. Plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des échanges de projectiles entre les participants de ce cortège et les forces de l'ordre. Ciblées par des projectiles, ces dernières ont fait usage de gaz lacrymogènes. 

Selon Europe 1 quatre militaires ont été blessés, trois véhicules dégradés et il n'aura fallu pas moins d'une quarantaine de gendarmes pour maîtriser la situation.

Des habitants d'une commune voisine venus célébrer un mariage au château de Méry-Sur-Oise

Egalement cité par Europe 1, le maire de la commune, Pierre-Edouard Eon, a décrit une situation «qui a dégénéré dans des proportions hallucinantes». «Les gendarmes ont tout de suite été pris à partie par les hordes de jeunes», a-t-il affirmé, précisant avoir assisté à «l'événement» au premier rang.

Selon ses propres estimations, le cortège devait compter «une vingtaine de véhicules». «Il devait donc y avoir à peu près 80 personnes faisant la fête au carrefour du centre-ville et qui n'avaient manifestement pas l'intention de bouger du tout», a-t-il poursuivi.

Pierre-Edouard Eon s'est renseigné sur le profils des agitateurs. Il a découvert qu'ils n'habitaient pas sa commune, mais la ville voisine de Méru : «C'était un mariage "communautaire" parce qu'ils agitaient des drapeaux de leurs pays d'origine, africains ou du Maghreb. Ils venaient de la commune voisine de Méru, et ils sont assez coutumiers du fait.» Venus en quelque sorte perturber la vie «paisible» de Méry-Sur-Oise, le maire a déclaré que ses administrés et lui-même en étaient «éberlués». «C'est bien la première et, j'espère, la dernière fois que cela nous arrive», a-t-il ajouté.

La réaction des politiques ne s'est pas fait attendre. Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF) a dénoncé une «scène ubuesque». «Des gendarmes ont été sauvagement attaqués pour avoir voulu débloquer la circulation routière, arrêtée à cause du cortège d’un mariage... La déliquescence de l’autorité et l’impunité maladive exposent nos forces de l’ordre à la fureur de voyous», a-t-il tweeté en partageant l'une des vidéos montrant l'incident.

Le député européen du Rassemblement National, Jean-Lin Lacapelle a également réagi sur Twitter : «Chaos à Méry-Sur-Oise ce week-end où un cortège de mariage a bloqué la circulation avant de s'attaquer aux gendarmes. Faudra-t-il bientôt des compagnies de CRS dans nos communes pour stopper ces faux invités mais vrais délinquants qui nous pourrissent la vie chaque week-end ?»

Valérie Boyer, sénatrice Les Républicains (LR) des Bouches-du-Rhône a quant à elle dénoncé des «actes insupportables de troubles à l’ordre public».

Le Syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN) a également partagé des images de l'incident : «Voitures de luxe à plus de 2 000€ la journée, agressions, violences, insultes, blocage de circulation. Ces "mariages" sont des atteintes graves et inadmissibles à l’ordre public. Proposition : engager la responsabilité pénale des mariés, organisateurs de fait», s'insurge le syndicat.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»